Les taxes foncières ne cessent d'augmenter depuis 5 ans

le
12
Elles ont bondi de près de 22% en moyenne en cinq ans, entre 2005 et 2010. C'est à Paris que la progression a été la plus forte (+72%).

Les propriétaires immobiliers en ont fait récemment l'amer constat : les taxes foncières ne cessent d'augmenter. Elles ont même bondi de près de 22% en moyenne en cinq ans, entre 2005 et 2010 selon l'ObservatoireUNPI des taxes foncières. Soit quasiment trois fois plus vite que l'inflation (hausse de 8% des prix à la consommation entre 2005 et 2010). C'est à Paris que la progression a été la plus forte (+71,97%) entre 2005 et 2010. Parmi les grandes villes, Rennes (+34,94%) et Saint-Denis (+30,93%) sont les seules où la hausse a dépassé la barre des 30%. Les plus faibles augmentations ont eu lieu à Fort-de-France (+11,13%), Nîmes (+11,41%), Angers (+13,69%), Orléans (+13,91%) et Bordeaux (+14,44%). «Il doit être mis fin à cette hausse excessive de la taxe foncière, qui fait peser sur les propriétaires une pression fiscale de plus en plus forte et déconnectée de leurs facultés réelles de contribution », dénonce Jean Perrin, président de l'Union nationale de la propriété immobilière (Unpi), qui souligne la «faible » progression des loyers dans le même temps.

Le montant de la taxe foncière sur les propriétés bâties est calculé sur la base de la valeur locative du bien (inférieures à sa valeur sur le marché) sur laquelle sont perçues des parts régionale, départementale et municipale ainsi que, lorsqu'elles existent, des parts pour les communautés de communes et d'agglomération. Or, les cotisations régionales et départementales de la taxe foncière ont flambé de 28,83% entre 2005 et 2010 et celles du bloc communal de près de 19%. En 2010, la cotisation totale de la taxe foncière s'est élevée à 33,42 % de la base d'imposition en moyenne.

Principal impôt pour le financement des communes

«La hausse démesurée de la taxe foncière risque de se prolonger dans le temps compte tenu des transferts de compétence de l'Etat aux collectivités territoriales et des réformes de la fiscalité locale, telles que lasuppression de la taxe professionnelle ou encore la réforme des sources de financement des collectivités territoriales», estime Jean Perrin. Dans bien des cas, la taxe foncière devient le principal impôt pour le financement des communes et les départements.

En 2010, la cotisation totale de la taxe foncière s'est élevée à 33,42 % de la base d'imposition en moyenne. Mais avec de fortes disparités entre les communes. Celles qui ont le taux d'imposition le plus fort sont Mizoen (Isère, 86,03%) et Fontanès-de-Sault (Aude, 85,67%). A l'opposé c'est une commune riche comme Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) qui a le taux le plus faible (9,03%) devant Thivernal-Grignon (Yvelines, 9,45%) et Quasquara (Corse-du-Sud, 9,85%). Parmi les 50 communes françaises les plus peuplées c'est Grenoble qui détient le taux le plus élevé (52,03%) devant Caen (50,88%), Nîmes (50,21%), Montpellier (50,11%) et Amiens (49,68%).

Une note qui risque de s'alourdir

A l'opposé c'est Courbevoie (Hauts-de-Seine), grâce aux sièges sociaux des grandes entreprises situées dans les tours de La Défense, qui a le taux le plus faible (11,04%) devant Paris (12,88%). Lyon et Marseille ont des taux respectifs de 25,38% et 37,65%. La révision des valeurs cadastrales prévue pour 2014 (inchangées depuis 1970) risque donc d'alourdir la note. Dans ce contexte, l'UNPI estime «que l'augmentation des taux par les collectivités devrait être strictement encadrée». Elle «souhaiterait remettre en question la possibilité même d'augmenter les taux d'imposition de taxe foncière», avance Jean Perrin. Cependant, Les propriétaires, qui réclament depuis des années un encadrement strict de la capacité des élus à augmenter les taxes, ne seront pas déçus. Dans le cadre du débat sur le budget 2012, les députés ont voté un amendement visant à revaloriser les bases de la taxe de 1,8 %.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • calippe3 le jeudi 17 nov 2011 à 21:07

    Oui un encadrement serait nécéssaire

  • plaf1024 le jeudi 17 nov 2011 à 18:15

    Le pb est complexe. Si les municipalités augmentent leurs ponctions, c'est que leurs habitants lui demandent de plus en plus de choses. Cela entraine de plus en plus de dépenses et donc besoin de plus en plus de recettes. Que doivent-elles faire ? Augmenter leurs impôts ou se mettre à emprunter de plus en plus pour finir un jour de se retrouver comme la Grèce ou l'Italie ?

  • icare.s1 le jeudi 17 nov 2011 à 11:08

    Idem dans ma ville coco! Jusqu'au jour ou il ne sera plus intéressant pour le contribuable de base d'acheter: la taxe fonciere sera alors comme un loyer, contrairement aux locataires sans les charges!!

  • M759668 le jeudi 17 nov 2011 à 10:50

    A St Denis (93) ville communiste s'il en est et ou l'assistanat est devenu la règle, il ne faut pas s'étonner que la taxe foncière se prenne +30% chaque année!le mieux est de quitter ces villes désolantes , ou l'insécurité règne en maitre et ou les derniers braves gens et ceux qui bossent dur sont pompés jusqu'a la moelle pour aider délinquants et autres assistés sociaux professionnels!J'y ai bossé 15 ans , je sais de quoi je parle!

  • M4661438 le jeudi 17 nov 2011 à 10:16

    cette classe politique en place depuis trente ans est à renvoyer ! remplaçons les par des gens compétents et intègres de la Société Civile !

  • M898808 le jeudi 17 nov 2011 à 09:09

    ...Continuons surtout d'acheter l'immobilier 2 fois trop cher (300 kEur en pleine crise, 150 kEur en 2000 quand tout allez bien !?...ça va bien la tête !?!)...vivement le retour dans le tunnel de Friggit, ça flaissera du cash pour payer la taxe

  • JERIKAE2 le jeudi 17 nov 2011 à 08:15

    ras le bol des pretentieux orgueilleux qui se font elire ! des incapables

  • ser.thom le jeudi 17 nov 2011 à 07:15

    C'est une honte !!!!!!!!!!!Comme la taxe d'habitation, travailler toute une vie pour avoir le droit d'habiter sa maison.

  • hourtin le jeudi 17 nov 2011 à 00:01

    pourquoi tjrs les memes mensonges.Par exemple décentralisation afpa ,en poitou charente -moins30%subvention +fse et le cr empoche la différence tout cela pour la pub et les subventions diverses pour chasse aux électeurs par contre suppression des formation de tech et ts pour les chomeurs à qui on ne prose plus que des formations de n5

  • M9566237 le mercredi 16 nov 2011 à 21:42

    Il est grand temps qu'on mettent des vrais gestionnaires dans les conseils régionaux, on ne peut s'en cesse augmenter les contribuables.