Les taux des crédits immobiliers peuvent-ils être négatifs ?

le
0

FOCUS - Les taux d’intérêt à court terme sont passés sous zéro. Mais cela ne signifie pas qu’il est possible de souscrire un crédit de courte durée dans les mêmes conditions. Les prêts à taux variable ont aussi très peu de chances de devenir négatifs.

Certains emprunteurs en rêvent. Puisque les taux d’intérêt à court terme sont passés sous zéro, est-il envisageable de souscrire un prêt sur courte durée avec des taux négatifs? Autrement dit, de bénéficier des mêmes conditions que l’État Français, par exemple, qui s’endette en partie depuis de très longs mois à taux négatifs. «Avec les crédits immobiliers, c’est techniquement impossible. Les taux ne peuvent pas être négatifs lors de la signature du contrat», explique Michel Mouillart, professeur d’économie à Paris Ouest.

Seuls ceux qui ont souscrit il y a quelque temps un prêt à taux variable peuvent être confrontés à cette situation. En particulier si celui-ci n’est pas capé, c’est-à-dire qu’il ne comporte pas de limite de variation de taux, à la hausse comme à la baisse. Mais, là aussi, les chances sont quasi inexistantes puisque les banques prennent des commissions, qui renchérissent le coût du crédit.

Pour éviter d’être confrontés à ce type de problème à l’avenir, de nombreux établissements ne proposent plus de prêts à taux variables. Désormais, la part des emprunts à taux variables ne représente plus que 0,1% de la production de crédit immobilier, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

La France n’est pas une exception. En Suisse, par exemple, où le taux de l’emprunt d’État à 10 ans est largement négatif (-0,56%) depuis un an, les particuliers s’endettent avec des taux de crédit immobilier proches de ceux pratiqués dans l’Hexagone.

En Belgique ou au Danemark, quelques particuliers sont payés pour emprunter

Cependant, dans d’autres pays européens, quelques particuliers chanceux gagnent aujourd’hui de l’argent avec leur dette. Parce que le taux de leur crédit immobilier à taux variable souscrit il y a quelques années est passé sous zéro, ce ne sont plus eux qui paient tous les mois des intérêts à leur banque, mais l’inverse. Par exemple, un client qui rembourse tous les mois 500 euros en capital ne devra payer que 490 euros si l’avantage représenté par le taux négatif se monte à 10 euros. Quelques Danois (758 clients en 2015 de la Realkredit Danemark) et Belges font cette expérience heureuse...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant