Les taux des crédits immobiliers de plus en plus bas

le
0

VIDÉO - Tombés à 2,38% en moyenne en novembre, selon l’Observatoire crédit logement/CSA, les taux des crédits sont à un niveau jamais vu par le passé. Cette tendance baissière devrait se poursuivre.

Sans surprise, les taux des crédits immobiliers n’en finissent pas de baisser. En novembre, les particuliers se sont endettés à 2,38% en moyenne (hors assurance), selon l’Observatoire crédit logement/CSA. Du jamais vu! Ceux qui ont acheté un logement ancien ont obtenu un crédit immobilier à 2,38% en moyenne (toujours hors assurance), contre 2,41% pour ceux qui ont acquis un bien neuf (et 2,36% pour financer des travaux). Des taux qui peuvent tomber nettement plus bas lorsque l’emprunteur dispose d’un solide dossier et d’un apport conséquent, certains ayant obtenu en novembre un crédit à taux fixe inférieur à 2% sur 20 ans. Dans ce contexte particulier, les acquéreurs ne s’endettent quasiment plus à taux variable, actuellement sans intérêt (la part de ces prêts est tombée à 2,5% le mois dernier, contre 6,4% en 2013).

«La descente des taux des prêts immobiliers à des niveaux qui ne s’étaient encore jamais observés par le passé fait écho à une diminution sans précédent du coût des ressources», ajoute l’étude. Depuis le début de l’année, les taux des prêts immobiliers ont déjà baissé de 0,7%. Et cette tendance devrait se poursuivre car le taux de l’OAT, l’emprunt d’État Français à 10 ans sur lesquels ils sont indexés, est tombé sous les 1% pour la première fois de son histoire la semaine dernière (1,01% aujourd’hui).

Alors que les prix de la pierre baissent en pente douce, le recul des taux des prêts immobiliers redonne un peu de pouvoir d’achat aux ménages. «Sur le marché de l’ancien, la baisse des taux intervenue depuis fin 2011 (-1,58% au total), équivaut à une baisse des prix de 14,5%», calcule l’étude. Mais, «le coût des opérations reste élevé, à 3,75 années de revenus en novembre, dans un contexte de lente érosion des revenus des ménages», nuance-t-elle.

Allongement des durées d’emprunt

Cependant, grâce aux conditions exceptionnelles de financement, le niveau d’apport personnel requis pour devenir propriétaire tend à diminuer (-3,7% en novembre sur un an, après -5,5% en 2013). Et la durée moyenne des prêts s’est allongée de quatre mois (17,25 ans en moyenne) depuis le printemps, les banques prêtant davantage sur longue période qu’en début d’année. En novembre, plus de la moitié des crédits (53,5%) ont ainsi été accordés avec une durée supérieure à 20 ans, alors qu’ils n’étaient que 43,7% au premier trimestre.

Ce qui entrouvre à nouveau la porte du marché immobilier aux ménages jeunes et ménages. «Le mouvement de dégradation des flux des ménages jeunes et modestes achetant pour la première fois, qui s’observait depuis l’automne 2011, parait enrayé», note l’Observatoire pour le deuxième mois consécutif.

Pour autant, le nombre de prêts accordés par les banques a chuté de 7% en novembre sur un an. «Avec des conditions de crédit exceptionnelles, les ménages augmentent le montant moyen des prêts utilisés, «sans avoir besoin de recourir à de nombreux (petits) prêts complémentaires», justifie l’étude.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant