Les taux des crédits immobiliers continuent à baisser

le
0

En janvier, les Français se sont endettés à 2,15% en moyenne. Grâce à la baisse des taux, ils empruntent 20% de plus qu’il y a trois ans, pour 1000 euros de mensualité. En 2015, le marché du crédit immobilier a rebondi et les rachats de prêts ont battu des records.

Les taux des crédits immobiliers ont continué à baisser tout doucement en janvier. Les emprunteurs se sont endettés à 2,15% en moyenne (hors assurance et frais de sûreté), contre 2,2% un mois plus tôt, selon l’Observatoire Crédit Logement. Ce sont les crédits accordés pour acheter un bien ancien qui ont le plus reculé (2,15%, soit -0,9% depuis octobre, contre 2,24% pour acheter un logement neuf, soit -0,6% depuis octobre). «Cela témoigne de la volonté des banques de soutenir les marchés immobiliers et notamment la primo-accession», explique l’étude.

On constate toujours des écarts importants entre les différents emprunteurs. Ceux qui s’endettent sur 25 ans obtiennent en moyenne un taux de 2,63% (hors assurance), 2,29% sur 20 ans (durée souscrite en janvier par pratiquement tous les emprunteurs) et 2,01% sur 15 ans. Plus que jamais, les particuliers ayant un apport personnel important et de solides revenus décrochent des prêts plus intéressants: 1,71% en moyenne sur 15 ans dans le meilleur des cas; 1,96% sur 20 ans et 2,21% sur 25 ans!

La baisse des taux et des prix depuis trois ans, permet de s’offrir 15 m² de plus à Nantes.

«Pour une mensualité de 1000 euros sur 20 ans, il est possible d’emprunter actuellement 196.935 euros (à 2,04% hors assurance). C’est près de 20 % de plus qu’en janvier 2012 lorsque le taux moyen était à 4,05 % sur 20 ans», explique Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier Cafpi. «L’effet taux, conjugué à la baisse des prix intervenue depuis 2012, permet d’acheter plus grand sans s’endetter davantage: 15 ,77 m² à Nantes, 14 ,72 m² à Marseille, 10 ,43 m² à Lyon!», détaille-t-il.

En janvier, les ménages se sont endettés sur 17,4 ans en moyenne. Initiée à la fin du printemps 2014, l’allongement des durées d’emprunt est désormais très visible: fin décembre, plus de la moitié des prêts (51,8%) avaient une durée supérieure à 20 ans.

Grâce à cette nouvelle donne, le nombre d’acquéreurs jeunes a augmenté de 14,9% sur le marché immobilier ancien en 2015 et celui des ménages modestes de 15,9%. En revanche, la hausse du coût moyen des opérations dans le neuf a notamment pénalisé les jeunes (-1,3%). En fin d’année, nombre d’entre eux ont différé leurs projets afin de pouvoir profiter de la nouvelle version plus avantageuse du Prêt à taux zéro (PTZ).

76,2 milliards d’euros de rachats de crédits en 2016

Au final, grâce à des taux de crédits immobiliers historiquement bas (2,01% en moyenne en mai), 2015 a été une très bonne année pour le crédit immobilier: les banques ont accordé 155,5 milliards d’euros de crédits immobiliers, contre 119,6 milliards un an plus tôt. Les rachats de crédits ont représenté plus d’un tiers (37,3%) des crédits versés, soit 76,2 milliards d’euros, calcule l’Observatoire Crédit-Logement/CSA. Un record!

En trois ans, les banques ont racheté 129,6 milliards d’euros de crédits («seulement» 105,4 milliards entre 1986 et 2012), . En janvier donc, le nombre de prêts a reculé de 0,9% par rapport à la même époque de 2015, particulièrement dynamique. Cependant, janvier est traditionnellement un mois creux. Les professionnels de l’immobilier prévoient une poursuite de la reprise du marché immobilier en 2016.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant