Les taux de l'assurance-vie en ligne résistent

le
0
Les rémunérations servies sur les contrats d'assurance-vie en ligne figurent toujours parmi les plus élevées du marché. Et ils ont continué à collecter en 2011.

Gâtés. Les épargnants qui ont souscrit un contrat d'assurance-vie sur Internet ont beaucoup de chance. Les rendements qui leur sont offerts comptent parmi les plus élevés du marché, année après année. Et 2011 n'a pas échappé à la règle.

Les contrats Symphonis Vie (Fortuneo), Fidelity Vie ou Meilleurtaux Vie ont par exemple rapporté l'an dernier 3,75%. Leurs fonds en euros sont gérés par Suravenir, filiale d'assurance-vie du Crédit Mutuel Arkea, qui est nettement moins généreuse avec ses autres contrats. Elle n'a offert que 3% ou 3,25% pour ceux commercialisés dans les agences bancaires du groupe. Pire, elle sacrifie délibérément ceux fermés à la souscription, et pourtant conservés par de nombreux clients de la banque: la plupart n'ont été rémunérés qu'à 2,6% (et même 2,15% seulement pour Prévi-Capital).

Les contrats Internet les plus en vue, comme Boursorama Vie (Boursorama) ou ING Vie (ING Direct) sont presque aussi bien servis avec un rendement de 3,72% pour 2011. Ils sont adossés à Generali France, qui leur réserve là encore des taux souvent meilleurs que ceux des contrats classiques distribués par d'autres canaux. Cet assureur a annoncé un taux de 3% pour le contrat Phi par exemple, ou de 3% à 3,8% selon les fonds en euros sur le contrat Xaelidia. De son côté, Futur Perfect, chez cplussur.com (filiale du Figaro), dont l'assureur est Spirica, filiale du Crédit agricole, a rapporté 3,62%.

Une collecte positive

Certes, certains contrats Internet -ceux adossés à un autre assureur, ACMN Vie- affichent des rémunérations un peu plus faibles: 3,2% ou 3,5% par exemple pour Abivie d'Altaprofit, ou LinXea Evolution de LinXea. Mais ces rémunérations restent dans la fourchette haute du marché.

«Internet est le seul canal sur lequel la collecte des contrats d'assurance-vie a été légèrement positive l'an dernier, dans un marché qui a reculé globalement de 14%», note Stéphane Dedeyan, membre du comité de direction générale de Generali France. Peut-être parce que les rendements plus attrayants qu'ailleurs incitaient davantage les épargnants à investir. Peut-être aussi parce que les établissements qui les proposent ont fait des efforts pour dépoussiérer l'assurance-vie et la mettre au diapason des nouvelles technologies. ING Direct est ainsi l'un des rares à donner à ses clients la possibilité de faire des versements sur leur contrat depuis un iPhone.

LIRE AUSSI: 

» Comment les assureurs gèrent vraiment l'épargne

» «Il n'y a pas de défiance vis à vis de l'assurance-vie» 

» Assurance-vie: nouvelle décollecte record 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant