Les taux de crédits immobiliers : historiquement bas

le
1

Les mois se succèdent, mais le constat reste le même : les taux d'intérêt des crédits immobiliers n'ont jamais été aussi bas. En juillet, ils sont tombés à 1,55% en moyenne.

Une baisse sans limites ?

La chute des taux de crédit immobilier semble sans limites. Après un mois de juin 2016 caractérisé par des taux d'intérêt historiquement bas, les derniers chiffres de l'observatoire Crédit Logement/CSA sont encore plus faibles. En juillet, les crédits immobiliers se négociaient en moyenne à 1,55%, contre 1,62% en juin. Cette baisse profite au neuf comme à l'ancien, avec des taux moyens respectifs de 1,69 et 1,52%. Toutes les catégories de prêt sont concernées, même les durées les plus longues. Selon les experts du secteur, cette situation devrait se prolonger au moins jusqu'à début 2017.

Un marché demeurant en berne

Contre toute attente, ces taux exceptionnels n'ont pas été accompagnés par une hausse des achats immobiliers en juillet, l'activité sur le marché étant demeurée faible. Si l'été est traditionnellement une saison propice au secteur immobilier, le climat morose et anxiogène régnant cette année semble freiner les Français dans leur accession à la propriété.

Le moment de renégocier son prêt

Conséquence directe de la chute des taux de crédit immobilier, les renégociations de prêt ont le vent en poupe. Si le début de l'année a été plutôt calme, l'été a vu repartir cette tendance à la hausse. Chez BNP Paribas, 38 % des demandes de prêt reçues en juillet concernaient une renégociation. Une situation compliquée pour les banques, qui risquent de perdre de l'argent en accordant de nouveaux taux trop bas.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2310631 il y a 3 mois

    "Une situation compliquée pour les banques, qui risquent de perdre de l'argent en accordant de nouveaux taux trop bas"Ce genre de phrase est de la désinformation. Les banques s'appuie sur des emprunts garantis pour asseoir leurs taux et elles touchent les intérêts avant le remboursement du capital ce qui les prémunie d'un remboursement anticipé. Le problème de l'assurance vie lui est un vrai problème avec le risque des demandes de remboursement anticipées en chaine sur des taux garantis.