Les taux de crédit immobilier devraient rester très bas jusqu'à fin 2015

le
0
(Phillip Minnis/shutterstock.com)
(Phillip Minnis/shutterstock.com)

(AFP) - Les taux de crédit immobilier devraient rester à des niveaux historiquement bas jusqu'à fin 2015, estiment les courtiers en crédit, pour qui les rares remontées observées ici ou là relèvent de "correctifs ponctuels" des politiques commerciales menées par les banques.

Vendredi le courtier Immoprêt observe, dans son dernier baromètre, que si, de mai à juin, les taux de crédit ont majoritairement baissé, "pour la première fois depuis quelques mois, certains repartent à la hausse".

Ainsi sur l'échéance à 25 ans en particulier, il note "une remontée des taux pour la région nord, de 2,30% à 2,50%, et sud de 2% à 2,35%".

"Toutefois, ces hausses restent essentiellement liées à des correctifs en fonction des politiques commerciales des banques", estime Ulrich Maurel, le fondateur d'Immoprêt.

"L'évolution de la stratégie commerciale d'une banque ne suffit pas pour parler de retournement de marché", juge aussi le courtier Cafpi, en référence à la remontée de 0,10 point de pourcentage opérée par la banque LCL à la mi-mai.

Cet établissement, qui se veut l'un des plus compétitifs sur les taux de crédit immobilier, a en fait annulé une baisse de 0,10 point décidée quinze jours plus tôt, pour mieux s'ajuster aux niveaux du marché, explique-t-on chez LCL. Ses taux demeurent parmi les plus attractifs du marché, fait valoir la banque.

Après une baisse continue des taux depuis septembre 2014, ceux-ci évoluent à des niveaux historiquement bas.

Immoprêt estime qu'ils vont stagner sur les trois mois à venir, avant d'entamer une lente remontée au dernier trimestre, tout en restant très bas jusqu'à la fin de l'année.

"Une hausse sensible des taux n'est pas d'actualité: la tendance est à la stabilisation", estime lui aussi le courtier ACE Crédit.

La sensible remontée, ces dernières semaines sur le marché obligataire, du taux d'emprunt à 10 ans de la France (OAT), a pourtant suscité quelques inquiétudes.

Référence pour les emprunts à taux fixe des particuliers, il pouvait en effet préfigurer une hausse des taux de crédit immobilier.

"Mais les taux des crédits immobiliers n'ont pas été impactés et restent très bas", souligne Joël Boumendil, PDG du courtier ACE Crédit. "Certains réseaux bancaires ont même encore affiché des taux à la baisse ces dernières semaines", note-t-il.

"Ils ne devraient pas non plus remonter dans les prochains mois, d'autant plus que la Banque centrale européenne (BCE) a toujours la volonté de maintenir des taux plancher", observe ACE.

"De façon générale, la tendance est donc clairement à la stabilisation", estime ce courtier.

En outre, la capacité d'autofinancement importante dont disposent les banques françaises leur permet de ne pas répercuter directement une hausse de taux quand elle se produit sur les marchés financiers, conclut Immoprêt.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant