Les tarifs du gaz en France dopent les résultats de GDF Suez

le
0
PERFORMANCES À LA HAUSSE POUR GDF-SUEZ
PERFORMANCES À LA HAUSSE POUR GDF-SUEZ

PARIS (Reuters) - GDF Suez a publié mercredi des performances en hausse au cours des neuf premiers mois de 2012, grâce notamment à la hausse rétroactive des tarifs du gaz en France et a confirmé ses objectifs pour l'ensemble de l'exercice.

L'énergéticien a ainsi réaffirmé dans un communiqué viser pour 2012 un résultat net récurrent part du groupe compris entre 3,7 milliards et 4,2 milliards d'euros, un résultat brut d'exploitation (Ebitda) d'environ 17 milliards et un dividende ordinaire au moins stable par rapport à 2011.

Ces confirmations interviennent malgré un impact négatif de la fiscalité en France d'environ 100 millions d'euros sur son résultat net 2012 et l'arrêt des centrales de Doel 3 et Tihange 2, en Belgique, jusqu'à la fin de l'année.

Les ventes de GDF Suez ont atteint 70,9 milliards d'euros à fin septembre, en hausse de 8,4% (+6,9% en organique) tandis que son Ebitda s'est établi à 12,8 milliards, en croissance de 5,8% (+5,8% en organique également).

Le groupe souligne qu'il bénéficie en particulier de la comptabilisation de la hausse rétroactive des tarifs du gaz en France au titre du 4e trimestre 2011, décidée cet été par le Conseil d'Etat, qu'il estime à 212 millions d'euros.

Le plafonnement des tarifs imposé par le nouveau gouvernement devrait a contrario se traduire par un manque à gagner de 34 millions d'euros, a cependant précisé GDF Suez.

Hors impact climatique et effets liés aux tarifs du gaz en France, l'Ebitda enregistrerait une croissance limitée à 1%, à 12,6 milliards d'euros.

La dette nette de GDF Suez s'établit à 45,9 milliards d'euros, se creusant de 8,3 milliards par rapport à fin 2011 en raison du rachat des intérêts minoritaires du britannique International Power, bouclé fin juin.

Le groupe confirme cependant viser pour 2012 un ratio dette nette/Ebitda autour de 2,5, contre 2,67 à fin septembre et une notation de catégorie "A".

GDF Suez confirme également que ses investissements bruts devraient atteindre 10 à 11 milliards hors rachat des minoritaires d'International Power.

Il avait indiqué en août que ces investissements devraient rester en 2013 et 2014 dans le bas de la fourchette de 9 à 11 milliards annuels qu'il avait annoncée pour 2012-2015.

Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant