Les taliban pakistanais pavoisent après l'attentat de Lahore

le
0
    ISLAMABAD, 29 mars (Reuters) - Jamaat-ur-Ahrar, la faction 
des taliban pakistanais responsable de l'attentat qui a fait 70 
morts dimanche dans un jardin public de Lahore, a provoqué mardi 
le Premier ministre Nawaz Sharif en disant avoir amené la guerre 
à sa porte et en lui promettant de nouvelles attaques. 
    Les autorités d'Islamabad ont annoncé de leur côté avoir 
arrêté plus de 5.000 personnes dans les opérations de sécurité 
qui ont suivi l'attentat suicide visant des chrétiens réunis 
pour célébrer Pâques, dont plus de 200 sont encore détenues. 
    Lahore est le chef-lieu du Pendjab, la province la plus 
riche du Pakistan et le fief du chef du gouvernement. 
    "Que Nawaz Sharif sache que cette guerre est désormais à sa 
porte", a écrit sur son compte Twitter Ehsanullah Ehsan, 
porte-parole de Jamaat-ur-Ahrar, liée aux taliban et qui a aussi 
prêté allégeance à l'organisation djihadiste Etat islamique 
(EI). 
    "Les vainqueurs de cette guerre seront, avec la volonté de 
Dieu, les courageux moudjahidines", a-t-il ajouté en promettant 
de nouvelles attaques. 
    Nawaz Sharif s'est engagé lundi dans un discours télévisé à 
intensifier la lutte contre les taliban et, d'après des sources 
gouvernementales et militaires, il a ordonné le lancement d'une 
opération paramilitaire de grande ampleur dans le Pendjab, ce 
qu'il n'a toutefois pas annoncé officiellement. 
    Le propre parti du Premier ministre était jusqu'alors opposé 
à ce que l'armée se voit confier des pouvoirs extraordinaires 
pour mener des opérations dans son bastion électoral du Pendjab, 
loin des régions tribales frontalières de l'Afghanistan dans 
lesquelles elle est généralement engagée. 
    Selon un haut responsable provincial, membre du parti de 
Nawaz Sharif, les raids menés depuis deux jours par la police, 
les unité antiterroristes et les services de renseignement ont 
débouché sur l'interpellation de plus de 5.000 personnes, dont 
216 ont vu leur détention prolongée. 
    Rana Sanaullah, qui a rang de ministre de l'Etat du Pendjab, 
a confirmé que l'armée et la force paramilitaire des Rangers 
seraient aussi sollicitées dans un avenir proche. 
    "Toutes les forces de sécurité seront impliquées dans cette 
opération", a-t-il dit. 
     
 
 (Asad Hashim; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant