Les taliban ne tiennent que grâce au Pakistan-président afghan

le
0
    AMRITSAR, Inde, 4 décembre (Reuters) - Le président afghan 
Ashraf Ghani a déclaré dimanche que l'insurrection talibane dans 
son pays ne tiendrait pas un mois si elle perdait son sanctuaire 
au Pakistan voisin et a appelé son voisin à s'attaquer aux 
groupes présents sur son sol plutôt que de promettre une aide 
financière à l'Afghanistan. 
    L'an dernier, l'Afghanistan a enregistré le taux de décès 
civils et militaires le plus élevé au monde, a déclaré Ashraf 
Ghani, lors de la conférence Heart of Asia qui réunit des 
dirigeants de la région pour contribuer à stabiliser son pays. 
    "C'est inacceptable. Certains continuent à fournir un 
sanctuaire aux terroristes. Comme le disait récemment une 
personnalité talibane, s'ils n'avaient pas de sanctuaire au 
Pakistan, ils ne tiendraient pas un mois", a lancé le président 
afghan. 
    Historiquement, expliquent les analystes, le Pakistan 
soutient les taliban afghans pour contrebalancer l'influence de 
son grand rival indien dans la région. L'Inde et le Pakistan se 
sont livrés trois guerres depuis l'indépendance. 
    Le Pakistan dément et se dit lui-même victime du terrorisme. 
Le gouvernement pakistanais souligne que les combattants du 
Tehrik-i-Taliban, un des principaux groupes auteur d'attentats 
au Pakistan, opèrent d'Afghanistan. 
    Sartaj Aziz, haut conseiller du Pakistan pour la politique 
étrangère, reconnaît qu'il y a une flambée de violence en 
Afghanistan. "Nous devons avoir une vision objective et 
holistique plutôt que de blâmer un seul pays", a-t-il déclaré 
lors de la conférence. 
     
    CLARIFICATIONS 
    Plus de 500.000 personnes ont été déplacées par les 
violences en Afghanistan cette année, selon un bilan des Nations 
unies publié le mois dernier. Il s'agit du nombre le plus élevé 
depuis le début de la tenue de ces statistiques en 2008. 
    En plus des taliban, l'Etat islamique a revendiqué des 
attentats visant la minorité chiite en Afghanistan où les 
violences interconfessionnelles sont rares. 
    Selon Ashraf Ghani, il y a 30 groupes activistes recensés 
par les Nations unies qui tentent d'établir une base en 
Afghanistan. 
    "Je ne veux pas jouer au jeu des reproches, je veux des 
clarifications sur ce qui est fait pour empêcher l'exportation 
de la terreur", a déclaré le président afghan, qui a qualifié le 
phénomène de guerre non déclarée à l'Afghanistan. 
    "Nous remercions le Pakistan pour sa promesse d'assistance 
de 500 millions de dollars pour la reconstruction de 
l'Afghanistan. J'espère que vous l'utiliserez pour combattre les 
terroristes et les extrémistes au Pakistan", a ajouté Ashraf 
Ghani. Islamabad a pris cet engagement financier il y a quelques 
temps déjà. 
    Les propos d'Ashraf Ghani, particulièrement fermes, 
interviennent au moment où l'Inde fait elle aussi pression sur 
le Pakistan pour qu'il mette fin à ce qu'elle appelle elle aussi 
le terrorisme transfrontalier dans la région du Cachemire que se 
disputent les deux pays. 
    Il faut agir, non seulement contre les extrémistes, mais 
aussi contre ceux qui les soutiennent, a déclaré le Premier 
ministre indien Narendra Modi lors de la conférence. "Cela doit 
s'appuyer sur une action résolue. Pas seulement contre les 
forces du terrorisme, mais aussi contre ceux qui les 
soutiennent, les protègent, les entraînent et les financent." 
 
 (Sanjeev Miglani; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant