Les taliban lancent leur "offensive de printemps"

le
0
VASTE OFFENSIVE DES TALIBAN À KABOUL ET DANS LE SUD AFGHAN
VASTE OFFENSIVE DES TALIBAN À KABOUL ET DANS LE SUD AFGHAN

par Hamid Shalizi et Jack Kimball

KABOUL (Reuters) - Les taliban afghans ont annoncé dimanche le déclenchement de leur "offensive de printemps" en attaquant de multiples cibles à Kaboul, dont le Parlement, le QG de l'Isaf et des ambassades occidentales, ainsi que dans deux provinces au sud de la capitale.

Les combats faisaient toujours rage après la tombée de la nuit, cinq heures après le premier raid des taliban.

Ces attaques concertées ont fait au total 19 morts, dont plusieurs kamikazes, dans les rangs des insurgés, selon le ministère afghan de l'Intérieur. Deux ont été faits prisonniers. Quatorze policiers et neuf civils ont été blessés.

Elles figurent parmi les plus importantes dans la capitale afghane depuis le renversement des insurgés islamistes par les forces américaines en 2001.

Plus de dix ans après le début de la guerre, alors que les troupes américaines et leurs alliées préparent leur retrait du pays d'ici à 2014, les taliban ont encore montré leur capacité à frapper au coeur de la zone hautement sécurisée des ambassades.

"Nous revendiquons toutes ces offensives", a déclaré le porte-parole des rebelles Zabihullah Mujahid. "Ces attaques marquent le début de l'offensive du printemps et nous les avons préparées depuis des mois."

Dans un communiqué diffusé un peu plus tard, Zabihullah Mujahid a ajouté que les taliban avaient attaqué le complexe du palais présidentiel, sans que l'information puisse être vérifiée de source indépendante.

Interrogé par Reuters, il a également averti qu'il fallait s'attendre à d'autres attaques des insurgés, venus venger selon lui la destruction d'exemplaires du Coran ou le massacre de villageois par un sergent américain près de Kandahar, autant d'incidents qui ont exacerbé les tensions dans le pays depuis le début de l'année.

Cinq heures après le début des affrontements, de fortes explosions et des tirs nourris d'armes automatiques continuaient de retentir à travers la ville, à l'approche du crépuscule.

Les taliban ont déclaré que leurs cibles prioritaires étaient les ambassades d'Allemagne et de Grande-Bretagne ainsi que le quartier général de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf).

DES DÉPUTÉS PRÊTENT MAIN-FORTE

Plusieurs membres du Parlement se sont joints aux forces de sécurité pour repousser les assaillants depuis un toit proche de l'assemblée.

Des colonnes de fumée noire se sont élevées du quartier des ambassades visé par des tirs de roquettes RPG.

Les taliban affirment que des "dizaines de combattants" sont impliqués dans ces attaques, avec des armes lourdes et légères, certains portant des ceintures d'explosifs.

La police de Kaboul a déclaré que trois kamikazes avaient été tués et deux autres résistaient encore dans les faubourgs de la capitale.

Les insurgés semblent avoir appliqué une tactique similaire à celle employée lors d'un assaut en septembre dernier dans la capitale, se positionnant et se retranchant dans des chantiers. Ils ont affirmé que leurs combattants s'étaient également installés sur le toit d'un bâtiment au coeur de la ville.

Zabihullah Mujahid a déclaré que les taliban n'avaient aucune peine à pénétrer dans la capitale et qu'ils bénéficiaient de complicités à l'intérieur de la ville pour transporter des armes lourdes.

Le ministère de l'Intérieur afghan n'a pas exclu que le groupe armé Haqqani soit impliqué dans l'offensive.

Les taliban se sont également attribué la responsabilité d'offensives menées dans les provinces de Paktia et Logar. Dans la ville de Jalalabad (est), les insurgés, pour certains déguisés en femmes revêtus de "burqa" de la tête aux pieds, ont également attaqué une base des forces étrangères proche d'une école, a rapporté un correspondant de Reuters.

Tous les ans, l'arrivée du printemps et du dégel dans les montagnes afghanes favorise les opérations militaires mais il y a cinq jours à peine, le porte-parole de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf), le général Carsten Jacobson, estimait que les taliban ne donnaient pas l'impression de planifier une grande offensive contre les forces afghanes.

"Ils se concentrent sur des attaques contre des postes isolés, des petits groupes, des avant-postes. Nous n'avons vu aucune action d'ensemble", disait-il.

Pour l'ambassadeur des Etats-Unis, Ryan Crocker, il est improbable que les taliban afghans aient été capables de lancer seuls les attaques de dimanche. Il a laissé entendre que le réseau Haqqani, dont les combattants sont basés à la frontière pakistano-afghane, étaient impliqués.

Avec Missy Ryan à Washington; Henri-Pierre André, Benjamin Massot, Jean-Stéphane Brosse et Jean-Loup Fiévet pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant