Les taliban afghans veulent sécuriser les "projets nationaux"

le
0
    KABOUL, 29 novembre (Reuters) - Les taliban afghans ont 
proposé mardi d'assurer la sécurité de gros projets de 
développement du gouvernement de Kaboul gelés depuis des années, 
dont l'exploitation d'un gisement de cuivre et la construction 
d'un gazoduc. 
    Alors que le conflit qui déchire le pays depuis 15 ans 
décourage les investisseurs internationaux, les taliban disent 
dans un communiqué que l'Emirat islamique d'Afghanistan, le nom 
qu'ils se donnent, appuie la réalisation de "projets nationaux" 
qui profiteraient directement au peuple afghan. 
    "L'Emirat islamique ne soutient pas seulement les projets 
nationaux qui sont dans l'intérêt du peuple et favorisent le 
développement et la prospérité de la nation, il est prêt à 
assurer leur sécurité", lit-on dans le communiqué. 
    "L'Emirat islamique ordonne à tous ses moudjahidine d'aider 
à assurer la sécurité de tous les projets nationaux qui sont 
dans l'intérêt supérieur de l'islam et du pays", ajoute-t-il. 
    Les taliban citent en particulier le projet de mine de 
cuivre de Mes Aynak, dans la province de Logar, près de Kaboul, 
où la société chinoise qui a décroché le contrat d'exploitation 
de trois milliards de dollars il y a neuf ans n'a toujours pas 
lancé la production en raison du manque de sécurité et 
d'infrastructures. 
    Ils évoquent également un projet de gazoduc devant relier le 
Turkménistan, l'Afghanistan, le Pakistan et l'Inde (TAPI), pour 
un montant de 10 milliards de dollars, et celui d'un réseau 
électrique régional entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud 
(CASA-1000). 
    Le communiqué a été diffusé au lendemain du lancement de la 
construction d'une ligne de chemin de fer reliant l'Afghanistan 
au Turkménistan. 
    L'annonce des taliban a été accueillie avec scepticisme à 
Kaboul, où la présidence afghane a souligné que les insurgés 
avaient provoqué des centaines de millions de dollars de dégâts 
aux infrastructures du pays au cours des derniers mois.  
    "Nous attendons de voir les taliban traduire leurs 
déclarations en actes", a déclaré le porte-parole du président 
afghan, Shah Hussain Murtazawi. 
 
 (Randy Fabi et Mirwais Harooni; Tangi Salaün pour le service 
français, édité par Jean-Stéphane Brosse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant