Les systèmes d'alerte ont bien fonctionné dans le Pacifique

le
0
Après le tsunami de décembre 2004, la zone du Pacifique est actuellement la mieux armée au monde pour faire face à ce type de catastrophes naturelles.

Si la secousse sismique et la vague qui viennent de submerger le nord-est du Japon sont d'une ampleur comparable au tsunami de décembre 2004, le bilan humain devrait s'avérer, cette fois-ci, beaucoup moins lourd.

Il y a six ans, les populations riveraines de l'océan Indien, principalement en Indonésie, en Malaisie, en Thaïlande au Sri Lanka et dans le sud de l'Inde, avaient été surprises par l'arrivée de la vague meurtrière. Soit parce qu'elles se situaient à proximité immédiate de l'épicentre du séisme, localisé en mer à quelques dizaines de kilomètres de l'île indonésienne de Sumatra. Soit parce que la plupart des pays touchés par la vague ne disposaient d'aucun système d'alerte opérationnel permettant de procéder à des évacuations préventives.

Le raz-de-marée survenu vendredi ne permettra toutefois pas de s'assurer que toutes les leçons de cette effroyable catastrophe, qui avait fait entre 216.000 et 232.000 morts, ont bel et bien été tirées. Même

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant