Les syndics manquent encore de transparence

le
3
La profession a fait des efforts, mais la CLCV note encore des abus. Pas toujours facile de savoir ce que l'on paie.

Peut mieux faire! Malgré d'importants efforts de transparence accomplis ces dernières années par les syndics, certains copropriétaires ne savent toujours pas ce qu'ils paient exactement et des abus subsistent, souligne une étude publiée aujourd'hui par la CLCV, qui a passé en revue 133 contrats de syndics (provenant de 119 cabinets). «Même si l'on constate moins d'abus que par le passé, ce sont toujours les mêmes points qui posent problème», résume David Rodrigues, auteur de l'étude.

Ainsi, malgré l'arrêté «Novelli» de 2010, qui impose aux syndics d'inclure un minimum de prestations dans leur forfait de gestion courante, bon nombre de ces forfaits, présents dans plus de la moitié des contrats étudiés, restent opaques. Ce qui complique la tâche des copropriétaires. «De nombreux syndics usent et abusent de forfaits divers et variés, à la dénomination assez imprécise, sans que l'on sache exactement ce qu'ils recouvrent, et qui alourdissent la facture», note David Rodrigues. D'autant que «ces forfaits n'apparaissent pas dans la rubrique "gestion courante" mais sont noyés au milieu des prestations exceptionnelles», poursuit-il.

Des forfaits opaques

Résultat, si on ajoute l'ensemble de ces forfaits au montant des honoraires de base (166,90 euros par lot en moyenne en 2011), la facture des copropriétaires s'alourdit de 11 % en moyenne (voire de plus de 40 % avec certains contrats).

D'autres facturations restent énigmatiques et parfois abusives. Encore réfractaires à l'idée d'ouvrir un compte bancaire séparé au nom du syndic, certains professionnels n'hésitent pas à facturer cette prestation, arguant d'un «surcroît de travail». «La facturation de la gestion d'un compte séparé n'est pas illégale, mais elle ne devrait, selon nous, pas avoir lieu. Aujourd'hui, elle alourdit pourtant de 15 % les charges des copropriétaires, et parfois de 37 %», estime le juriste de la CLCV. D'autres ponctions occasionnelles posent aussi problème. C'est le cas par exemple des frais prélevés lors des assemblées générales tardives (pouvant atteindre plus de 200 euros par heure).

Certains syndics facturent toujours au prix fort les honoraires pour travaux (jusqu'à 5 % du montant des travaux). Et les frais de transmission de documents (état daté, carnet d'entretien...), varient fortement d'un syndic à l'autre, allant de 80 euros à 578,86 euros. En revanche, les frais de relance sont de moins en moins facturés. Enfin, certaines facturations illi­cites ont la vie dure: mise à jour du fichier des copropriétaires (179,40 ¤), transmission des archives au syndic successeur (650 euros)... Dans ce contexte, «nous estimons qu'il est nécessaire de limiter les honoraires des syndics aux actes dont ils détiennent l'exclusivité», conclut David Rodrigues.

LIRE AUSSI:

» Les syndics, pas si mal aimés que cela

» Les honoraires des syndics mieux encadrés

» Le vrai coût d'une copropriété

SERVICE:

» Appartement, maison, vente ou location, plus de 500.000 annonces sur Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6429943 le jeudi 25 oct 2012 à 16:58

    La meilleure solution reste encore de gérer soi-même sa copropriété (en Syndic bénévole ou Coopératif) et ainsi réduire drastiquement les coûts et gagner en réactivité. Des outils existent afin de gérer la comptabilité et les annexes comptables. Certains permettent même de générer automatiquement les convocations d’AG et établissent le PV en fin de réunion ! J’en utilise un : www.macoprofacile.com.

  • andre40 le mardi 18 sept 2012 à 13:26

    le compte séparé c'est une ineptie, si certains copropriétaires ne paient pas leurs charges la copro ne peut plus rien payer car pas compensé par les autres copros en trésorerie sauf découvert bancaire, perso je refuse à chaque fois

  • M3493130 le mardi 18 sept 2012 à 12:20

    Toujours difficile de contrôler ces gens. Frais non compris dans leur prestation intellectuelle comme ils prétendent, frais administratifs = lettres multiples contenant leur publicités etc. Que dire des travaux toujours majorés puisque c'est pour une copro! Ils paient sans regarder et ensuite reçoivent des cadeaux. J'en suis sur car membre de ma famille a tenu ce job!Pauvre copropriétaires = vache à lait.