Les syndicats veulent des garanties d'Airbus face au projet US

le
0
Les syndicats veulent des garanties d'Airbus face au projet US
Les syndicats veulent des garanties d'Airbus face au projet US

par Jean Décotte et Tim Hepher

TOULOUSE (Reuters) - Les syndicats ont pressé Airbus dimanche d'apporter des garanties sur la production et l'emploi dans la mesure où le constructeur aéronautique se prépare à dévoiler un projet de site d'assemblage aux Etats-Unis.

Le premier constructeur mondial d'avions de ligne doit annoncer lundi un projet de 600 millions de dollars (474 millions d'euros) en vue d'assembler des A320 aux Etats-Unis à partir de 2017, à raison de quatre appareils par mois dans un premier temps.

Airbus assemblant déjà des avions en Chine, les analystes pensent que la réaction syndicale sera moindre qu'en 2006, lorsque des suppressions d'emplois liées au très gros porteur A380 avaient débouché sur des manifestations et des débats enfiévrés à l'Assemblée.

Mais les syndicats soulignent que toute hausse de la production pour répondre à la demande ne doit pas se faire aux dépens d'une production qui en est à des niveaux record en Europe.

"On reste vigilant, il faut voir si on ne va pas déshabiller l'Europe pour habiller les Etats-Unis, mais on attend les informations de la direction", a dit Gilbert Plo, délégué syndical central de la CFTC.

L'assemblage final d'un avion ne représente que 5% du coût de production, selon des responsables d'Airbus. Il est probable qu'ils expliqueront que chaque emploi nouveau à Mobile, en Alabama, en créera jusqu'à 10 en Europe parce que les systèmes et tronçons de fuselage continueront à y être construits.

Mais les syndicats ne comptent pas se satisfaire de paroles.

"Nous voulons des garanties qu'on ne touchera pas aux cadences en Europe, à Hambourg et Toulouse", a dit Françoise Vallin, déléguée syndicale centrale de CFE-CGC Airbus. "Nous voulons aussi des garanties qu'il y aura davantage d'emplois en Europe concernant la production de pièces intermédiaires".

BON OU MAUVAIS PARI

Airbus construit une bonne partie de ses avions sur des sites répartis entre ses quatre pays fondateurs: France, Allemagne, Grande-Bretagne et Espagne. Les parties ainsi montées sont ensuite transportées par son avion de transport géant Beluga pour l'assemblage final à Toulouse ou à Hambourg.

Airbus a également ouvert un site d'assemblage en Chine en 2009, à Tianjin, non loin de Pékin. Les syndicats européens avaient accepté le principe du site chinois comme porte vers le marché local, qui est largement sous le contrôle de l'Etat.

Le site de Mobile avait déjà été prévu par EADS, la société mère d'Airbus, qui projetait d'y créer une usine si elle avait remporté le contrat d'avions ravitailleurs de l'US Air Force, finalement échu à Boeing l'an passé après bien des péripéties.

Le nouveau projet Mobile prévoit d'expédier sur place des tronçons de l'A320 pour y être assemblés par un personnel non syndiqué pouvant atteindre le millier de personnes.

"(...) il faudra déterminer qui paye le surcoût logistique de cette chaîne? Y'a-t-il un partenariat avec l'Etat d'Alabama? On attend les détails, on attend de voir si c'est un bon pari ou un mauvais pari", a souligné Vallin.

Airbus s'est abstenu de tout commentaire.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant