Les syndicats misent sur la rue pour faire fléchir Valls

le
7
LES SYNDICATS MISENT SUR LA RUE POUR FAIRE FLÉCHIR VALLS
LES SYNDICATS MISENT SUR LA RUE POUR FAIRE FLÉCHIR VALLS

PARIS (Reuters) - Les syndicats tablent sur une mobilisation massive des fonctionnaires lors de la journée d'action du 15 mai pour tenter d'infléchir la politique de Manuel Valls, qui a annoncé mercredi le gel du point d'indice pour trois années supplémentaires.

Reçus jeudi par le Premier ministre dans le cadre des consultations sur le "pacte de responsabilité et de solidarité", ils ont trouvé un Manuel Valls "inflexible" sur cette mesure.

"Sans mobilisation sociale on n'arrivera pas à faire infléchir cette politique, ce ne sera pas par une bataille d'arguments", a déclaré Annick Coupé de Solidaires.

Solidaires, comme sept autres syndicats (CFDT, CGT, CFTC, FSU, Solidaires, UNSA et la FAFP), appelle les 5,4 millions de fonctionnaires à manifester et faire grève le 15 mai.

"Le 15 mai doit être la journée où les fonctionnaires relèvent la tête", a déclaré en sortant de Matignon la secrétaire générale de la FSU, Bernadette Groison.

Pour les syndicats, le gel du point d'indice jusqu'en 2017 entraînerait sept années de disette salariale.

"Au total, ça voudrait dire une condamnation à sept ans de blocage de leur pouvoir d'achat", a déclaré le secrétaire général de l'Unsa, Luc Bérille.

"Les fonctionnaires comprennent qu'il y a des efforts à faire et qu'ils doivent y participer. Mais leur sentiment est qu'on leur demande à eux toujours plus", a-t-il ajouté.

Chaque fonctionnaire a un nombre de points d'indice en fonction de son échelon dans la grille des salaires de la fonction publique, ce qui permet de calculer son traitement.

La valeur du point d'indice est en principe revalorisée tous les ans, pour tenir compte de l'inflation, lors de négociations entre gouvernement et syndicats. Mais il n'a plus été revalorisé depuis 2010.

Selon des chiffres de l'Insee, le salaire net moyen des fonctionnaires de l'Etat s'est élevé à 2.460 euros par mois en 2012, soit une hausse de 1,1% par rapport à 2011, malgré ce gel.

(Emmanuel Jarry et Julien Ponthus, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le vendredi 18 avr 2014 à 12:08

    Et l'augmentation automatique à l'ancienneté pendant toute la carrière? Encore un avantage qui n'existe pas dans le privé, et qui assure de fait une progression. Et ces braves gens veulent toujours gagner plus sans aucune considération pour les finances publiques catastrophiques ni pour ceux toujours moins nombreux qui les paient.

  • M4426670 le vendredi 18 avr 2014 à 10:27

    Dans le traitement d'un fonctionnaire, il y a d'autres lignes que le "traitement de base" concerné par le point d'indice: il y a les primes...... Alors avant de parler de "disette du pouvoir d'achat", ou peut reparler du taux d'absentéisme, des "jours de carence" et ainsi de suite......

  • M4426670 le vendredi 18 avr 2014 à 10:25

    C'est tout ce qu'ils savent faire nos "syndicats" "partenaires sociaux"! Organiser des sorties en semaine, entre deux grèves! Pas belle la France?!

  • M4426670 le vendredi 18 avr 2014 à 10:24

    Le 15 octobre 2013, jour de paiement de l'impots, le centre dont je dépend était "en grève"! alors quand on parle de "service public"........ c'est plutot celui de la grève...!

  • M5918992 le vendredi 18 avr 2014 à 07:24

    c'est facile de payer bien des salariés avec l'argent des contribuables et en plus beaucoup ne sont pas rentable pour ne pas le dire dans d'autres termes tellement plus vrais

  • a.guer le vendredi 18 avr 2014 à 02:51

    et le salaire médian français n'est que de 1 500€, inférieur, donc, au salaire moyen des fonctionnaires qui bénéficient en outre d'un système de retraite bien meilleur que celui du privé

  • nanard83 le vendredi 18 avr 2014 à 01:11

    Un ouvrier qualifié , avec 35 ans de carrière est loinde toucher cette somme mensuelle nette .( au plus 2000 euros ) je le sais , j'en sors !!!Alors,qu'ils arrêtent de crier comme les chiens qu'on va battre, avant d'avoir mal

Partenaires Taux