Les syndicats lycéens réclament l'interdiction d'une appli incitant aux "ragots anonymes"

le
0
Les syndicats lycéens réclament l'interdiction d'une appli incitant aux "ragots anonymes"
Les syndicats lycéens réclament l'interdiction d'une appli incitant aux "ragots anonymes"

Plusieurs syndicats lycéens réclament l'interdiction de Gossip, une application d'échange de "potins" de manière anonyme, affirmant que cette plateforme a induit un climat malsain dans plusieurs établissements scolaires et qu'elle favorise le harcèlement."L'objectif de cette plateforme n'est pas de jouer mais bien de nuire aux autres", déclare dans un communiqué la FIDL, qui "appelle à sa fermeture immédiate". "Nous condamnons cette application, qui doit être interdite", renchérit mardi Eliott Nouaille, président du Syndicat général des lycéens.Gossip (potin en anglais), lancée il y a environ deux semaines, n'est plus accessible actuellement. "Suite aux nombreuses réactions suscitées par +Gossip+, nous avons pris la décision de mettre l'application hors service quelques jours, le temps de mettre en place un système de modération plus élaboré", indique un message qui s'affiche lorsqu'on tente de la télécharger. Avec en signature la mention "Sans rancune".Dans le dossier de presse, Cindy Mouly, la créatrice de la plateforme, explique qu'une fois enregistré, l'utilisateur accède aux "potins" postés par ses contacts. Il est "également possible d'avoir une visibilité sur les ragots concernant un de vos contacts mais qui sera posté par des personnes qui ne font pas partie de vos répertoires téléphoniques ni de Facebook"."Mais ce n'est pas qu'une application pour lire des ragots, le but est aussi d'en écrire!", ajoute Gossip dans ce communiqué de presse. L'utilisateur peut ainsi générer "une rumeur" (un texte de 140 caractères et l'identification de la ou des personnes concernées) ou "une preuve" (photo, vidéo, accompagnée de l'identification de la personne concernée et pourquoi pas d'un commentaire).Ces "ragots" sont "éphémères" car "ils n'apparaissent sur votre page que 10 secondes" ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant