Les syndicats de la Saur interpellent François Hollande

le
0

PARIS (Reuters) - Les syndicats de la Saur, le numéro trois français de l'eau potable, demandent à François Hollande de faire intervenir la Banque publique d'investissement (BPI) pour sauver l'entreprise menacée de redressement judiciaire.

Plombée par une dette de près de deux milliards d'euros, la Saur s'efforce de trouver avec ses créanciers et ses actionnaires un accord avant le 30 juin pour réduire son endettement et obtenir de l'argent frais afin de poursuivre ses activités.

L'entreprise a reçu quatre offres de reprise, dont une de ses banques créancières soutenue par la direction de la Saur.

"Nous voulons (...) rêver un peu aujourd'hui : rêver d'une entreprise de service public qui rendrait compte, sans la contrainte des marchés, à ses donneurs d'ordres, les collectivités locales (...)", écrivent les syndicats de la Saur dans une lettre ouverte au président de la République publiée lundi dans le quotidien Le Monde.

"Nous vous demandons ici d'inciter la Banque publique d'investissement à nous y aider", poursuivent-ils.

Faisant allusion sans le nommer au projet de reprise par Séché Environnement, déjà actionnaire à 33% de la Saur, les syndicats s'étonnent que l'offre déposée par un "partenaire industriel" n'ait pas été privilégiée.

"Ce partenaire industriel est aujourd'hui le seul à avoir formulé une offre respectueuse de l'entreprise, de ses salariés, de l'emploi et du coeur de métier", soulignent-ils.

"(...) l'offre de Séché nous paraît plus cohérente pour l'avenir de la Saur", a expliqué à Reuters Frédéric Buonafortuna, délégué syndical central FO de la Saur.

L'Etat est indirectement présent au capital de la Saur par l'intermédiaire du Fonds stratégique d'investissement (FSI), premier actionnaire de l'entreprise avec une participation de 38%.

Les banques ont approuvé vendredi à 90% l'offre de rachat améliorée proposée par BNP Paribas et Natixis. Mais pour aboutir à un accord définitif, cette offre doit encore être soumise et approuvée par les actionnaires.

Matthieu Protard, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant