Les suspects de Saint-Denis voulaient attaquer La Défense

le
5
LES SUSPECTS DE SAINT-DENIS VOULAIENT ATTAQUER LA DÉFENSE
LES SUSPECTS DE SAINT-DENIS VOULAIENT ATTAQUER LA DÉFENSE

par Emmanuel Jarry et Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Les djihadistes présumés contre lesquels les forces de l'ordre ont donné l'assaut mercredi matin à Saint-Denis, près de Paris, projetaient un attentat jeudi dans le quartier d'affaires de La Défense, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

"Les forces de l'ordre recherchaient des terroristes qui préparaient un acte prochain sur la base d'informations de la SDAT (les services antiterroristes-NDLR) et de l'étranger", a-t-on ajouté. "C'est une nouvelle équipe qui projetait un attentat à la Défense."

Selon une source policière, les enquêteurs "sont tombés sur une équipe qui n’était pas en relation avec les premiers groupes" des attentats du 13 novembre. "Ils pensaient trouver Abdelhamid Abaaoud (le commanditaire des attentats-NDLR), ils sont tombés sur autre chose, une équipe qui préparait un attentat à la Défense", a-t-elle précisé.

Les cibles à La Défense étaient selon plusieurs sources policières le centre commercial des Quatre Temps et le parvis, que les djihadistes projetaient d'attaquer jeudi.

L'annonce que La Défense, premier quartier d'affaires européen qui compte 2.500 entreprises, était un objectif a été faite mercredi matin lors d'une réunion des chefs de service de la police judiciaire, ont ajouté ces sources policières.

Ces sources laissent entendre que l'information sur de nouvelles cibles a notamment été fournie par les services de renseignement marocains, dont quatre représentants étaient présents mardi à une réunion avec ces chefs de service.

DES CRIMES "ÉVITÉS"

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a expliqué devant l'Assemblée nationale que des objectifs nouveaux, sans préciser lesquels, étaient visés par les personnes qui ont trouvé la mort ou qui ont été arrêtées dans l'opération de mercredi à Saint-Denis.

"Ces interpellations ont été conduites à l'égard de personnes qui auraient pu frapper de nouveau, et c'est une fois de plus des crimes, des meurtres, de la barbarie qui a été évitée", a-t-il dit lors des questions au gouvernement.

De sources proches du dossier, on souligne que la cible de l'assaut était bien Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine soupçonné d'être impliqué dans plusieurs attentats ou projets d'attentats en France et en Belgique.

Les services français surveillaient une femme qui était proche de cette figure de l'Etat islamique, qui est apparu sur plusieurs vidéos violentes de Daech en Syrie.

Mais ils ignorent encore s'il s'agit bien de la femme qui s'est jetée sur les hommes du Raid en activant son gilet explosif. "Il va falloir faire parler les ADN", dit la source.

Pour l'instant, Abdelhamid Abaaoud ne semble pas avoir été retrouvé mais il faut attendre les identifications, a ajouté cette source policière.

Le ministère de l'Intérieur n'a pas répondu aux demandes de Reuters visant à confirmer ou à démentir ces informations.

(édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.gigon le mercredi 18 nov 2015 à 18:17

    Mon dieu, on ne va pas s'en sortir, il faut aller au sol pour faire un grand nettoyage et les envoyer dans leur paradis.

  • mcarre1 le mercredi 18 nov 2015 à 18:01

    A bien lire l'article, on se dit que sans les services marocains on avait encore un carnage.

  • chtipio2 le mercredi 18 nov 2015 à 17:40

    c est plus qu inquietqnt !!!!

  • berkowi le mercredi 18 nov 2015 à 17:38

    @SB1954: relisez l'article, la réponse est dedans.

  • SB1954 le mercredi 18 nov 2015 à 17:13

    pt1 ! la fille avec la ceinture sous son niqâb...personne n'ose la fouiller de trop près...Elle entre aux Quatre Temps jeudi à une heure de grande affluence....j'ai l'impression qu'on l'a échappé belle.Mais pourquoi on ne s'est pas occupé de ces k.onnards plus tôt ? ce n'était pas politiquement correct ? on avait peur des bien-pensants autoproclamés ?