Les suppressions de postes s'empilent

le
8
Les suppressions de postes s'empilent
Les suppressions de postes s'empilent

Ça va mieux, vraiment ? Sur le front de l'emploi, on est en droit de s'interroger. Sur le front statistique, c'est avéré : même si ça n'est qu'un micro-frémissement, les derniers chiffres de l'Insee montrent, par rapport au premier trimestre, un recul de 0,3  point du nombre de demandeurs d'emploi sur les trois derniers mois, soit un taux de chômage de 9,6 % de la population active. Mais quand on regarde de l'autre côté du miroir, celle des vrais emplois, la réalité est tout autre.

 

Destruction d'emplois dans l'industrie et la construction

Même si, officiellement, la décision d'Alstom de transférer sa production de locomotives de Belfort à Reichshoffen (Bas-Rhin) ne prévoit officiellement pas de suppressions de postes (pourvu que près de 400 salariés acceptent d'aller travailler pour le groupe ailleurs en France), les annonces de réductions d'effectifs se multiplient depuis plusieurs mois. Servier, Alcatel-Lucent, SFR, Philips... la liste ne cesse de s'allonger.

 

« Des plans sociaux, ce n'est jamais une bonne chose, estime-t-on au cabinet de la ministre du Travail, Myriam El Khomri. Mais nous estimons que la situation n'est pas alarmante. Il faut rappeler que la France a créé 140 000 emplois net cette dernière année. Alors certes, ce sont surtout les TPE et PME, ainsi que les services et le tertiaire qui en ont profité, au détriment de l'industrie. » Des propos qui font écho à ce que révélait, hier, l'Insee, encore lui  : si, au deuxième trimestre, l'emploi salarié augmente de nouveau dans les secteurs principalement marchands, l'industrie et la construction continuent, eux, de détruire plus d'emplois qu'elles n'en créent. A l'image des nombreuses fermetures d'usines annoncées dernièrement un peu partout en France.

 

On comprend mieux l'empressement pour le gouvernement de réagir à l'annonce d'Alstom — le nouveau secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, a sommé l'entreprise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.barbe6 il y a 3 mois

    Plus de Uber et auto-entrepreneurs précarisés et de fonctionnaires ultra-sécurisés et de moins en moins de salariés.Un avenir vraiment ? pour le secteur privé

  • M1945416 il y a 3 mois

    rappeler vous , il y a quelques mois, les conseillers régionaux fessait le pressing pour avoir un rdv avec le ministre des transport Alain Vidalies , à propos d'Alstom , et ils ont trouvé porte close, car les conseillers étaient de droite , et ce ministre de gauche …

  • M1945416 il y a 3 mois

    pire les incompétences de l'état rajoutent des chômeurs , derniers en date :Alstom ---> avant les régionales , alstom a eu une commande de 1000 trains de l'état , mais comme les régions sont passé à droite , la grande partie de la commande a été annulé , résultat: alstom avait investit des millions dans les machines , achat de matériel ext , et s'est retrouver le bec dans l'eau … si on veut couler une boite on s'y prend pas autrement

  • M1945416 il y a 3 mois

    aiki +1

  • ppsoft il y a 3 mois

    Tiens donc, enfin un peu de lucidité.

  • aiki41 il y a 3 mois

    (suite) en parallèle, nos parlementaires se votent des lois leur permettant d'augmenter leurs indemnités chômage et de rallonger la durée du chômage en l'amenant à 5 ans, leur permettant de toucher encore plus une fois en "retraite" grâce aux cumuls de fonctions ou l'octroi d'avantages à vie.

  • aiki41 il y a 3 mois

    Autour de moi, je constate beaucoup de licenciement de personnes.............de plus de 55 ans. Coutent trop chers, moins malléables que les jeunes, moins corvéables à merci que les jeunes. En parallèle, on nous annonce un recul de la date de départ à la retraite. L'équation se comprend bien : pouvoir de manière indirecte donner une retraite plus faible à ces malchanceux en faisant en sorte qu'ils n'obtiennent jamais le nombre de trimestres requis.

  • b.renie il y a 3 mois

    Tant que certaines dispositions du code du travail ne seront pas réécrites, la France continuera de perdre des employeurs donc se désindustrialisera. L'économie française se désertifie et se dirige vers une économie de subsistance de pays sous développé. Ce sera le succès de trois MA fossoyeurs de notre mère patrie. Bravo !