Les Suisses rejettent le salaire minimum

le
2
LA SUISSE DIT NON AU SALAIRE MINIMUM DE 4.000 FRANCS
LA SUISSE DIT NON AU SALAIRE MINIMUM DE 4.000 FRANCS

ZURICH (Reuters) - Les électeurs suisses ont largement rejeté dimanche, à 76%, la création d'un salaire minimum de 4.000 francs suisses par mois, soit 3.270 euros environ, selon les chiffres définitifs rendus publics par les autorités.

Les sondages ne laissaient guère de doute sur l'accueil de cette proposition avancée par l'Union syndicale suisse (USS).

Soutenue par les socialistes et les Verts, rejetée par le patronat et le Conseil fédéral, le gouvernement de la confédération qui redoutait ses effets négatifs sur l'emploi, l'initiative populaire "Pour la protection de salaires équitables" aurait fait de la Suisse le pays au salaire minimum le plus élevé de la planète.

"Si cette initiative avait été approuvée, il ne fait aucun doute qu'elle aurait entraîné des pertes d'emplois, notamment dans les régions les plus fragiles", a déclaré dans une conférence de presse le ministre de l'Economie, Johann Schneider-Ammann.

Dans les dernières semaines de campagne, le "non" n'avait cessé de progresser dans les intentions de vote, passant de 52% début avril à 64% début mai.

En novembre dernier, les Suisses se sont opposés au plafonnement du salaire des chefs d'entreprise à douze fois celui de leur salarié le moins bien payé, mais ont accordé aux actionnaires le droits de limiter leur rémunération.

En février, ils ont revanche voté en faveur de la réintroduction de quotas d'immigration avec l'Union européenne. [ID:nL5N0LE0YH]

(Silke Koltrowitz et Caroline Copley; Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tarpouin le dimanche 18 mai 2014 à 19:07

    Les Suisses ne sont pas fous. Il n'y a que les étrangers qui sont au minimum en Suisse

  • restif1 le dimanche 18 mai 2014 à 17:25

    Démocrates et pas démagogues les Helvètes. Ce genre de referendum serait impossible en France, le pays du toujours plus qui aboutit au toujours moins (ou plus de chômage)