Les Suisses peuvent avoir des regrets

le
0
Les Suisses peuvent avoir des regrets
Les Suisses peuvent avoir des regrets

La Pologne s'est qualifiée pour la première fois de son histoire pour les quarts de finale de cet Euro après avoir éliminé aux penalty des Suisses qui peuvent avoir des regrets. Revenus au score grâce à une bicyclette de Shaqiri, bien plus influent en meneur de jeu, la Nati était peut-être la meilleur équipe mais n'est pas parvenue à concrétiser ses nombreuses occasions face à un Pologne qui a fait le dos rond et attendu son heure.

Une mine sous la barre comme pour dire merde. Comme pour dire "ok, on n'a pas été terribles mais nous, on a bossé les tirs au but". Car dans un exercice que l'on lie bien trop souvent aux hasards, Grzegorz Krychowiak, comme ses quatre partenaires avant lui, a parfaitement exécuté Yann Sommer. Une sentence que seul Granit Xhaka, plus décidé à viser les nuages, n'a pas réussi à transformer. La réalité est rude à encaisser pour des Suisses bien plus sexy que lors de la phase de poule et emmenés par un Shaqiri de gala, mais la vérité est bien là : c'est la Pologne qui verra les quarts de finale pour la première fois de l'Euro de son histoire.

Grosiki parfait dans son rôle du "je te mets le bordel dans la défense"


Pour ceux qui pensaient que ce match allait être ennuyeux, celui-ci a accouché d'une première mi-temps moins stérile que prévu. Grâce notamment à la Pologne ou plutôt de son sélectionneur, Adam Nawalka, tenu responsable des progrès effectués depuis le catastrophique Euro joué à la maison il y a quatre ans. Sans être géniale, et à l'image de la Hongrie, la Pologne s'appuie sur un fond de jeu où chacun sait exactement ce qu'il à faire. Un empilement habile de "role player" qui ne se la raconte pas, y compris Lewandowski, moins "neuf" et plus "et demi" avec sa sélection qu'avec le Bayern et qui pour le coup, tente de se fonder dans ce collectif sans exiger de faveurs particulières. C'est lui qui profite d'un mauvaise relance de Djourou, qu'on a vu plus inspiré que dans cet Euro, pour offrir la première occasion, dès la première minute de jeu, à Milik qui manque le but vide aux seize mètres. Dans ce premier quart d'heure, les Polonais se voient au Cap d'Agde et improvisent de jolis threesome en attaque. Ca combine à trois ou quatre, ce n'est pas toujours totalement réussi mais Grosicki joue à la perfection son registre "je mets le bordel dans la défense". Il peut marcher sur le ballon, l'oublier en route, ce n'est pas toujours très joli mais il se passe souvent quelque chose. Sur une contre-attaque, il manque son dribble au milieu de deux défenseurs suisses, le récupère miraculeusement et sert Blaszczykowski, seul sur le côté droit au seize mètres qui passe le ballon entre les jambes de ce beau gosse de Sommer. Pas scandaleuse, l'ouverture du score…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant