Les Suisses essaient de s'adapter à la vie chère 

le
0
L'envolée du franc suisse pénalise les consommateurs helvètes, qui se précipitent en France pour faire leurs courses.

Malgré les efforts de la Banque nationale suisse (BNS), le franc suisse se maintient à un taux de 1,13 pour un euro. Avec une augmentation de 13 % depuis le mois de janvier, l'envolée de la devise pèse sur la compétitivité des entreprises. Au mois de juin, les exportations ont chuté de 8,2 % et les prévisions de croissance ont été revues à la baisse : le secrétariat d'État à l'Économie (Seco) table désormais sur une augmentation du PIB de 2,1 % en 2011 et de 1,5 % en 2012.

Ces chiffres restent supérieurs à ceux des pays voisins de la Suisse. Mais la BNS, mise sous pression, a tout de même consenti à augmenter la liquidité du franc afin de limiter les dégâts. Critiqué par la presse pour son inaction, le ministre de l'Économie, Johann ­Schneider-Ammann, a annoncé jeudi dernier qu'il allait injecter 2 milliards de francs dans l'économie, notamment dans le secteur du tourisme, particulièrement touché. Il compte également renforcer la loi sur les cartel

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant