Les «sudistes» sont devenus des parias à Khartoum

le
0
Depuis l'indépendance du Sud-Soudan, le 9 juillet 2011, les autorités de Khartoum appliquent à la lettre la théorie de la séparation.

Originaire du Sud-Soudan, elle venait à peine d'arriver à l'aéroport de Khartoum, son bébé dans les bras. Elle a été interpellée par les services de sécurité. On lui a pris l'enfant. Motif: le bébé était beaucoup plus clair que la maman. Il avait les traits des tribus du Nord. Il fallait donc les séparer et mettre le bébé sur des listes d'adoption. La mère a mis plusieurs mois pour récupérer son enfant...

Incroyable mais vraie, cette histoire est relatée par Albaqir Alafif Muhktar, directeur du centre KACE (al-Khatim Adlan Center for Enlightment). Le chercheur conclut: «Dans ce pays, tout est basé sur la différence de couleurs, de cultures, d'ethnie ou de sexe. La séparation avec le Sud-Soudan n'a rien arrangé aux réflexes de discrimination.»

Depuis le référendum d'autodétermination qui a abouti à l'indépendance du Sud-Soudan, le 9 juillet 2011, les autorités de Khartoum appliquent à la lettre la théorie de la séparation.

Marginalisation

Les «sudi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant