Les Sud-Africains à nouveau dans la rue contre le président Zuma

le
0
 (Actualisé avec déclaration de Zuma) 
    PRETORIA, 12 avril (Reuters) - Des dizaines de milliers de 
personnes se sont rassemblées mercredi à Pretoria pour 
manifester leur hostilité à la politique menée par le président 
Jacob Zuma et appeler à sa démission. 
    Vendredi dernier déjà, plus de 60.000 manifestants avaient  
répondu à l'appel de l'Alliance démocratique (DA), parti 
d'opposition qui réclame le départ du président à la suite du 
limogeage de son ministre des Finances, Pravin Gordhan. 
    Mercredi, Jacob Zuma s'est dit serein face aux 
manifestations de l'opposition. "L'opposition fait son travail, 
n'ayez aucune inquiétude", a-t-il déclaré à une foule de 
partisans réunis pour célébrer son 75e anniversaire. "Ne 
craignez pas les manifestations de l'opposition." 
    La sanction prise contre le ministre apprécié par les 
marchés financiers a provoqué des remous jusqu'au sein de l'ANC, 
qui gouverne l'Afrique du Sud depuis la fin du régime 
d'apartheid et les premières élections libres du pays, en 1994. 
    Le président Zuma a déjà par le passé été confronté à des 
manifestations de rue, notamment après des soupçons de 
corruption, mais l'actuelle contestation semble le menacer plus 
directement.  
    L'opposition veut faire voter une motion de défiance au 
Parlement contre Jacob Zuma, dont le mandat court jusqu'en 2019. 
    Un vote est programmé mardi prochain, le 18 avril, mais le 
Parlement a décidé de repousser le scrutin dans l'attente d'une 
décision de justice qui devra dire s'il doit se tenir à bulletin 
secret. 
    L'ANC, qui a resserré les rangs autour de son président 
après un moment de flottement, devrait s'efforcer de mettre 
l'initiative en échec. 
 
 (Ed Stoddard, Gilles Trequesser et Nicolas Delame pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant