Les sucriers indiens encouragent le développement des bio-carburants

le
0

Commodesk - Le ministère indien du Pétrole a prévenu les industriels de se tenir prêts à produire de l'éthanol à partir de sucre de canne, une décision qui enthousiasme les sucriers.

Treize Etats tests vont proposer dans un premier temps le carburant mêlant essence et éthanol à un taux de 5%. Ce choix énergétique favoriserait le Maharastra et l'Uttar Pradesh, principaux producteurs de sucre de la Fédération indienne.

Les raffineurs de sucre et les compagnies pétrolières sont invités à fixer les futurs tarifs du carburant « vert ». Par le passé, le refus des pétroliers de payer un prix correct aux producteurs d'éthanol avait coulé cette initiative. L'Inde avait décidé en 2007 de mettre 5% d'éthanol dans les moteurs des automobilistes, mais y avait renoncé deux ans plus tard, ne disposant pas d'assez de sucre pour produire les volumes nécessaires.

Mais New Dehli veut alléger sa facture d'importation de pétrole, en économisant un milliard de litres d'essence par an (équivalant à 5,9 milliards de barils de brut). L'Inde importe 80% des carburants qu'elle consomme, pour une valeur moyenne de 14,7 milliards de dollars par mois.
Le budget fédéral devrait en bénéficier à double titre, puisque les sucreries d'Etat font appel chaque année aux fonds publics afin de payer les producteurs de cannes.

L'éthanol est un sous-produit de l'alcool et de la mélasse issu des raffineries de sucre. Jusqu'ici, l'Inde était déficitaire en éthanol, et obligée d'en importer pour alimenter l'industrie chimique, malgré une production annuelle de 1,6 milliard de litres dans 170 raffineries.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant