Les «stress tests», une course contre la montre

le
0
INFOGRAPHIE - Pas moins de 143 réacteurs doivent être examinés dans les six mois en Europe. Un calendrier ultraserré, aux yeux de l'Autorité de sûreté française. Un défi: harmoniser les examens des sites.

C'est une véritable course contre la montre à laquelle est confrontée aujourd'hui l'industrie nucléaire européenne. En décembre, les résultats des fameux stress tests (tests de résistance) menés sur les 143 réacteurs en service des quatorze pays nucléarisés des Vingt-Sept devront être communiqués au Conseil européen du 9 décembre après avoir fait l'objet d'analyses croisées entre experts de tous les pays.

André-Claude Lacoste, le patron de l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), ne le cache pas: «Les délais s'annoncent extrêmement serrés, d'autant plus qu'il faut effectuer un travail homogène. À quoi bon réaliser des audits des installations s'ils ne sont pas comparables d'un pays à l'autre?» Pour limiter les complications, l'ASN cale le cahier des charges de l'audit national commandé par François Fillon sur celui élaboré à l'échelle européenne par Wenra, le club de 17 gendarmes du nucléaire, avec la Commission de Bruxelles.

Côté franü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant