Les strauss-kahniens banalisent l'offre de Ségolène Royal

le
0
Les partisans de DSK ont cherché à minimiser la candidature de la présidente de la région Poitou-Charentes aux primaires socialistes.

Ségolène Royal poursuit l'offensive. Après avoir pris les socialistes de vitesse en se lançant dans les primaires, l'ex-candidate de 2007 a présenté le premier élément du «dispositif gagnant» qu'elle compte mettre en place si elle remporte au final l'élection présidentielle de 2012: Dominique Strauss-Kahn à Matignon. «La responsabilité qui est la mienne, si je suis candidate aux primaires et si, ensuite, je suis élue présidente de la République, c'est de vous dire aujourd'hui, que le meilleur premier ministre, le meilleur chef de gouvernement (...) c'est Dominique», a-t-elle dit sur France Inter.

Le directeur général du FMI, interlocuteur des chefs d'État de la planète, champion des sondages et favori pour 2012, en premier ministre de Ségolène Royal? Personne n'y avait pensé à part elle. Les strausskahniens en sont restés tout chose, comme stupéfaits à l'évocation de ce ticket inattendu et, pour tout dire, inenvisageable. «C'est inouï! Il va quitter

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant