Les stratégies des ONG contre la censure en Syrie

le
0
Le régime syrien a interdit l'accès aux médias et aux organisations internationales. Mais des réseaux d'informations se sont créés avec de véritables stratégies de guerre. Explications

Militants des droits de l'homme persécutés, organes de presse censurés, journalistes étrangers dont l'entrée était jusqu'à présent refusée : en Syrie, toutes les écoutilles ont été fermées par le pouvoir. Les observateurs traditionnels tels qu'Amnesty international, Human Rights Watch n'ont pas le droit de cité. Et pourtant, bon an mal an, l'information continue d'arriver. Comment font les grandes ONG pour produire des rapports d'enquête, et qui sont vraiment les «ONG» locales par qui transitent les informations relayées dans les medias internationaux ?

Les grandes organisations qui ne peuvent être sur place ont élaboré des stratégies de contournement. «Cela prend plus de temps, explique Nadim Houry, chargé d'enquêter sur les exactions en Syrie pour le compte de Human Rights Watch (HRW), mais c'est possible». Grâce aux réfugiés syriens qui arrivent au Liban et en Jordanie, elles peuvent récolter des informations en restant à l'extérieur du pays. Pour cela

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant