Les stocks continuent de freiner les prix pétroliers-AIE

le
0
    par Dmitry Zhdannikov 
    LONDRES, 13 juillet (Reuters) - Le marché pétrolier reste 
obstinément engorgé et pèse ce-faisant de tout son poids sur les 
prix en dépit d'une solide croissance de la demande et d'une 
forte contraction de la production en dehors de l'Opep, observe 
l'Agence internationale de l'énergie (AIE) mercredi. 
    L'AIE, qui coordonne les politiques énergétiques des grandes 
puissances économiques, a ajouté qu'elle avait revu en hausse 
ses prévisions de croissance de la demande mondiale de pétrole 
en 2016 et en 2017, de 100.000 barils par jour (bpj) par rapport 
au mois dernier, à 1,4 million et 1,3 million bpj 
respectivement. 
    Elle observe que la demande croît grâce à une bonne 
consommation en Inde, en Chine et, étonnamment, en Europe. 
"Cette (croissance de la demande européenne) n'est pas appelée à 
durer au vu de la précarité des économies européennes, 
confrontées à présent à un regain d'incertitude à la suite du 
résultat du référendum britannique sur l'Union européenne", 
écrit-elle. 
    Les stocks commerciaux des grandes puissances économiques 
ont augmenté de 13,5 millions de barils en mai, au record de 
3,074 milliards, et ils ont continué de s'accumuler en juin, au 
point que le volume de brut entreposé dans des citernes 
flottantes, l'une des méthodes de stockage pétrolier les plus 
chères, est le plus élevé depuis 2009. 
     L'existence de ces stocks massifs "est une menace pour la 
récente stabilité des prix pétroliers", poursuit l'AIE. "Ils 
sont à des niveaux tellement élevés, surtout pour les produits 
pour lesquels la demande peine à croître, qu'ils restent un 
poids de taille pour les prix".  
    La production hors Opep, après une baisse de 900.000 bpj à 
56,5 millions de bpj cette année, augmenterait modérément de 
200.000 bpj en 2017, estime l'AIE. La production de l'Opep est 
restée en juin à un pic de 33,21 millions de bpj. 
    "La part de marché du Moyen-Orient a augmenté à 35%, la plus 
élevée depuis la fin des années 70, ce qui rappelle de façon 
claire et nette que même si la production de schistes américains 
renoue avec la croissance, les producteurs les plus anciens 
resteront essentiels pour le marché pétrolier", observe 
l'agence.  
     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant