Les stars du jeu vidéo en réseau sur scène au Zénith de Paris

le
0
Les stars du jeu vidéo en réseau sur scène au Zénith de Paris
Les stars du jeu vidéo en réseau sur scène au Zénith de Paris

Le public crie et applaudit mais sur scène, pas de chanteur: au Zénith de Paris, jusqu'à dimanche, les stars sont des professionnels du jeu vidéo qui s'affrontent virtuellement avec une souris et un clavier."Ils ont réuni les meilleurs joueurs au monde. C'est impressionnant de les voir s'affronter en chair et en os", s'enthousiasme Thomas, 19 ans, le regard rivé sur l'un des écrans géants qui retransmettent les matches. Sur scène, les vedettes du jour sont des équipes de cinq personnes venues du monde entier pour en découdre sur "League of Legends", l'un des jeux en réseau les plus pratiqués du moment avec quelque 70 millions de joueurs. L'engouement est tel qu'un championnat du monde a été créé. L'épreuve du Zénith constitue l'un des rendez-vous majeurs de la saison. Les billets se sont vendus en quelques heures et le tournoi est complet pour les quatre jours.Loin de l'effervescence des 5.000 spectateurs présents dans la salle, ces athlètes du sport électronique restent concentrés sur leur partie, se contentant de gestes frénétiques avec les mains pour donner des instructions à leur avatar tout en communiquant des consignes à leurs partenaires grâce à leur micro-casque."On est entre la partie d'échecs et le match de sport traditionnel. D'un côté, il faut réfléchir pour trouver les failles de l'équipe adverse, de l'autre, il faut être en forme pour tenir les trente minutes que dure une partie sans fléchir", explique Antoine, 33 ans, qui se décrit comme "un joueur occasionnel"."Et comme au football, chaque équipe a son style. Par exemple, l'équipe de Chine est réputée pour être souvent à l'offensive", ajoute-t-il.Sur scène, la Chine affronte justement la Corée du Sud. Pour s'imposer dans cette production issue des studios américains de Riot Games, les joueurs doivent détruire la base de l'équipe adverse, tout en assurant la protection de leur propre bâtiment.Fin de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant