Les squelettes de l'épave du Mary Rose bientôt reconstitués en ligne?

le
0
Les squelettes de l'épave du Mary Rose bientôt reconstitués en ligne?
Les squelettes de l'épave du Mary Rose bientôt reconstitués en ligne?

Des chercheurs britanniques souhaitent solliciter des scientifiques du monde entier pour reconstituer des squelettes de l'épave du Mary Rose, enseveli pendant plusieurs siècles dans les fonds sous-marins, en mettant en ligne lundi un catalogue 3D d'ossements retrouvés lors de son excavation.Le Mary Rose Trust et les universités de Swansea et Oxford, qui pilotent le projet, ont déjà photographié une dizaine de crânes sous tous leurs angles, selon une technologie innovante de traitement d'images appelée photogrammétrie, qui permet de reconstituer ces ossements en 3D. Les modèles 3D de ces restes, retrouvés dans l'épave coulée en 1545 au large de Portsmouth (sud de l'Angleterre), sont mis à disposition des chercheurs sous la forme d'un catalogue en ligne accessible à l'adresse virtualtudors.org. Le grand public n'a lui accès qu'à un échantillon de ces reconstructions."La mise en ligne de ces ressources va permettre à des scientifiques du monde entier de prendre part au projet en étudiant les reconstructions 3D", explique, sur le site internet du projet, Catherine Fletcher, professeure à l'université de Swansea.Plus de 10.000 ossements ont été retrouvés, mais seuls 92 squelettes ont été reconstitués jusqu'ici. Un cuisinier, un charpentier, ainsi que des officiers et des archers ont été identifiés. Les chercheurs travaillent encore à reconstituer les squelettes de membres importants de l'équipage, dont le capitaine.Vaisseau amiral du roi d'Angleterre Henry VIII aux débuts de la Royal Navy, le Mary Rose, après 34 années de service passé à combattre la flotte française, a sombré lors de la bataille du Solent dans des circonstances mystérieuses.Près de 500 hommes ont perdu la vie dans ce naufrage, qui s'est déroulé sous les yeux du roi lui-même. Une trentaine d'hommes seulement ont survécu. Une partie du bateau s'était alors ensevelie dans la vase, le reste disparaissant, sous l'effet de l'érosion.L'épave avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant