Les sondages qui gênent les dirigeants du PS

le
0
Bertrand Delanoë a dénoncé samedi la lutte des ambitions au PS.

Il n'avait rien dit depuis quelque temps. Samedi, Bertrand Delanoë est sorti de son silence pour distribuer quelques avertissements à ses camarades. En retrait de la course à l'Élysée, le maire de Paris se verrait bien en professeur de méthodologie. Devant quelques proches, réunis dans un amphithéâtre de l'université Descartes de Paris pour un débat sur l'éducation, il a dit tout le mal qu'il pensait de la lutte des ambitions au PS. La polémique actuelle sur les pactes des uns - Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry - et les candidatures des autres - Ségolène Royal et François Hollande sans parler de Manuel Valls ou Arnaud Montebourg - l'agacent. «Il n'est pas raisonnable que les socialistes fassent l'actualité sur leurs individus», a-t-il lancé, sans citer personne. Pour lui, les socialistes se préoccupent trop «de leur nombril» et pas assez «de la France» . En aparté, il confie aussi que les sondages n'ont «jamais, jamais, jamais fait l'élection».

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant