Les sommets des Alpes fracturés par le dégel

le
0
Des pans de montagne s'écroulent du fait du réchauffement climatique. Les chercheurs traquent les mécanismes à l'?uvre.

C'était il y a six mois à peine. Plus de 30.000 m3 de roche s'effondraient, redessinant une nouvelle fois la face ouest des Drus dans le massif du Mont-Blanc. Un mois auparavant déjà, trois autres écroulements avaient été observés. Mais le plus grand trauma­tisme remonte à 2005. Cette année-là, Chamonix s'apprête à fêter dignement au cours de l'été les 50 ans de l'ouver­ture de la voie Bonatti. Une voie my­thique depuis que le grand alpiniste des années 1960 Walter Bonatti l'a tracée sur le pilier sud-ouest des Drus. La fête n'aura jamais lieu. En juin 2005, plus de 260.000 m3 de roche s'effondrent: le pilier Bonatti est rayé de la carte.

Cet événement est-il exceptionnel? Ce que les scientifiques savent de façon quasi certaine, c'est qu'il existe un lien entre ces écroulements auxquels on assiste un peu partout sur les sommets alpins et la hausse des températures. L'équipe de Philip Deline, chercheur au laboratoire Edytem (CNRS/Université de Savoie), sou

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant