Les soldes en légère hausse avec le soleil

le
0
Depuis le retour des beaux jours, les commercants ont enregistré des ventes en légère hausse, même si cette progression risque d'être insuffisante pour sauver la saison.

Selon l'Institut français de la mode (IFM), les ventes d'articles d'habillement et de textile montrent une «légère hausse de 2% en valeur» pour la première quinzaine des soldes qui ont débuté le 26 juin pour une période de cinq semaines. «Après un démarrage plutôt lent, la météo favorable maintient l'activité depuis le deuxième weekend malgré les départs en vacances de juillet», a commenté Philippe Guilbert, directeur général de l'institut Toluna, qui publie un baromètre hebdomadaire sur l'évolution des soldes avec l'hebdomadaire professionnel LSA.

De plus, les commerçants «ont très vite soldé l'ensemble du magasin - la deuxième démarque est apparue dès le lundi suivant l'ouverture des soldes - y compris les pièces tendance, ce qui a crée un très fort niveau d'attractivité pour les consommateurs», a indiqué Aude de Moussac, experte consommation chez Kurt Salmon.

Un bilan mitigé

Pour l'IFM, le bilan reste malgré tout «contrasté», puisque ce sont surtout les chaînes de grande diffusion (Kiabi, la Halle) qui semblent avoir profité de cet engouement, réalisant des ventes en hausse de 5 à 10%. Les indépendants multi-marques et les chaines spécialisées s'en tirent également bien, avec des chiffres d'affaires en augmentation de 0 à 5% par rapport à la période de soldes d'été 2012. En revanche, les grandes surfaces (hyper et supermarchés) ainsi que les magasins populaires (type Monoprix) affichent des ventes en régression de 0 à 5%, selon l'IFM. Au global, «on peut dire que ce n'est pas si mal», a commenté Gildas Minvielle, responsable de l'observatoire économique de l'IFM.

«On va sans doute terminer les soldes en très léger positif, à +2, +3%», a estimé Jean-Marc Génis, président de la Fédération des enseignes de l'habillement. «Dans le contexte actuel, cela met un peu de baume au coeur, même s'il est encore trop tôt pour dire si cette éclaircie pourra se prolonger», a jugé Mme de Moussac.

D'autant que pour faire venir les consommateurs, un peu plus de 9 commercants sur 10 ont consentis des rabais équivalents ou plus importants que l'an dernier. Cela a «considérablement réduit les marges» des commerçants dont certains sont en grande difficulté, du fait d'un début de saison catastrophique, selon Aude de Moussac.

Chez les indépendants, avec des chiffres d'affaires en baisse de -5 à -15% depuis le début de l'année, «on n'a jamais connu pire saison depuis trente ans», s'est alarmé Bernard Morvan de la Fédération nationale de l'habillement. Malgré tout, «si les consommateurs se mobilisent», cela créera un effet volume qui relancera un peu la trésorerie, permettant au moins de «pérenniser les structures et de garantir les emplois», a-t-il estimé.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant