Les sociétés de gestion sont de plus en plus engagées dans le vote en AG

le
0

(NEWSManagers.com) - Dans leurs activités de gouvernement d'entreprise, les sociétés de gestion affichent un engagement croissant en 2014 par l'exercice du vote en assemblée et l'intensification de leur dialogue avec les émetteurs, selon la dernière enquête réalisée par l' AFG, début 2015, auprès de ses membres sur leur participation au vote en assemblées générales (AG) tenues courant 2014 et leur dialogue avec les émetteurs.

Ses résultats sont importants car la pratique du vote lors des AG est l'un des moyens pour les gestionnaires d'actifs et leurs mandants, les investisseurs institutionnels et privés, d'exercer leur rôle de contrôle et d'amélioration de la gouvernance des entreprises, et ce afin de contribuer à terme à améliorer la valeur de celles-ci tout en protégeant leurs placements, rappelle l' AFG. L'expression de l'influence des actionnaires et de leurs représentants les gérants est d'autant plus efficace que le principe d'égalité entre actionnaires lors des AG (‘une action, une voix') est respecté. La défense de ce principe est depuis 1997 l'un des axes principaux des recommandations de l' AFG.

L'enquête 2015 met notamment en évidence la progression du nombre de participations aux assemblées, notamment à l'international. On observe une hausse de 3% au global du nombre de participations aux AG, dont +12% à celles de l'Union européenne. En lien avec la diversification des portefeuilles, les AG d'émetteurs étrangers représentent désormais les quatre cinquièmes de celles auxquelles participent les SGP.

L'enquête souligne également le renforcement du niveau d'engagement des sociétés de gestion. Les SGP n'ont pas approuvé environ 1/5 de l'ensemble des résolutions proposées. Les gestionnaires ont exprimé au moins un vote d'opposition à 75% des AG françaises, et à plus de 60% des AG étrangères où le champ des résolutions est plus restreint.

Le dialogue entre sociétés de gestion et émetteurs se généralise et une majorité des SGP jugent que la qualité des dialogues a tendance à s'améliorer, plus particulièrement avec les émetteurs français. Les gérants formulent un jugement " globalement positif" sur la gouvernance des émetteurs. Ils ont une appréciation plutôt positive de la qualité de la gouvernance des émetteurs et de la compétence des dirigeants. Ils déplorent encore, dans certains cas, l'absence de précision quant aux critères d'attribution de stock-options et d'actions gratuites.

Les AG ont aussi permis de mettre en évidence certains écarts entre émetteurs et politique de vote des gérants. Le sujet des rémunérations a stimulé les votes d'opposition des gérants : au global, 40% des résolutions proposées ont été contestées. Les opérations financières et les dispositifs anti-OPA ont également été au centre des votes d'opposition des gérants, avec respectivement 26% et 21% des résolutions.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant