Les sociétés d'assurance protègent leur rentabilité

le
0
DÉCRYPTAGE - Les assureurs augmentent leurs tarifs pour répercuter l'inflation continue des coûts et les nouvelles réglementations du secteur.

Les mutuelles et compagnies d'assurance n'augmentent pas leurs tarifs avec plaisir. Dans un marché ultra concurrentiel, elles savent que chaque hausse des primes en auto ou habitation peut leur coûter de nombreux clients. Pourtant, depuis quatre ans, les cotisations poursuivent une ascension continue. Suivant les recommandations de leur autorité de tutelle, les assureurs ont, en effet, mis un terme à des décennies de guerre des prix pour soigner leur rentabilité, qui s'était dangereusement dégradée.

En 2009, le principal indicateur de rentabilité des assureurs, le ratio combiné (coût d'indemnisation des sinistres et frais généraux rapportés aux primes perçues) avant réassurance, avait ainsi culminé à 111%, selon les chiffres de la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA). En 2012, après trois ans de hausse des prix, il était retombé à 101%. Un niveau encore trop élevé, puisque les compagnies ne gagnent de l'argent sur leurs activités dommages (auto, habitation..) uniquement quand les primes perçues sont supérieures aux coûts d'indemnisation et aux frais généraux, autrement dit, quand le ratio combiné est inférieur à 100%.

La loi Hamon va accélérer la rotation des contrats

Si les coûts dépassent le montant des primes encaissées, les compagnies peuvent espérer se rattraper sur les placements financiers, mais dans l'environnement de taux d'intérêt extrêmement bas que nous connaissons, la rentabilité des placements s'est à son tour effondrée. Les assureurs doivent augmenter leurs tarifs pour améliorer leurs résultats techniques, sous pression. L'augmentation continue du coût moyen des réparations et de l'indemnisation des victimes d'accidents corporels graves a en effet provoqué une véritable inflation des coûts pour les assureurs. En parallèle, la crise économique s'est classiquement traduite par une nette augmentation des fraudes à l'assurance, des ménages et des entreprises.

La loi Hamon, qui rendra possible la résiliation des contrats à tout moment, devrait ensuite provoquer une accélération de la rotation des contrats des compagnies. Autrement dit, beaucoup plus d'instabilité pour les assureurs, qui devrait se traduire, selon eux, à moyen terme par une nouvelle augmentation des primes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant