Les sociaux-démocrates européens réunis à Paris appuient Juncker

le
1

LES SOCIAUX-DÉMOCRATES EUROPÉENS RÉUNIS À PARIS SOUTIENNENT JEAN-CLAUDE JUNCKER
LES SOCIAUX-DÉMOCRATES EUROPÉENS RÉUNIS À PARIS SOUTIENNENT JEAN-CLAUDE JUNCKER

PARIS (Reuters) - Les dirigeants européens sociaux-démocrates réunis samedi à Paris, dont l'Italien Matteo Renzi, ont apporté leur soutien au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker pour le poste de président de la Commission européenne, a déclaré le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel.

Ils se sont aussi mis d'accord sur le fait que les règles du pacte de stabilité européen ne devaient pas changer mais qu'elles devaient être appliquées avec "souplesse" en faveur de la croissance, a-t-il dit.

"Les sociaux-démocrates s'accordent à dire que (...) Jean-Claude Juncker doit devenir le prochain président de la Commission européenne mais nous espérons que les sociaux-démocrates auront d'autres postes", a déclaré Sigmar Gabriel à l'issue de ce mini-sommet.

Les dirigeants européens se réunissent jeudi et vendredi prochains pour désigner le futur président de la Commission européenne ainsi que se prononcer sur son mandat pour les cinq prochaines années qui, selon la France, doit être axé sur la croissance et l'emploi.

La grande majorité d'entre eux est favorable à la nomination de l'ancien Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker après la victoire du centre droit aux élections européennes en mai.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, menace cependant d'avancer la tenue d'un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne si Jean-Claude Juncker, qu'il juge trop fédéraliste, est choisi.

La décision peut être prise à la majorité qualifiée et la position de l'Italie, qui représente un poids important au sein de l'UE, sera déterminante s'il faut en arriver à un vote.

 

(Mark John, avec Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le samedi 21 juin 2014 à 15:20

    On ne savait pas si la France irait du côté des forts (l'Allemagne) ou des faibles (Italie). On sait maintenant. Pauvre France.