Les socialistes se préparent à l'après-Frêche

le
0
La disparition de l'homme fort du Languedoc-Roussillon pose la question de sa succession et ouvre la voie à une réconciliation de toute la famille politique.

Le recueillement, rien que le recueillement. Au lendemain de la disparition de Georges Frêche, Benoît Hamon a rendu au nom du PS un «hommage solennel» au président de la région Languedoc-Roussillon, mais sans passer sous silence les nombreux différends qui avaient opposé le défunt au parti. «Georges Frêche aura été un de ceux qui aura probablement le plus métamorphosé une région, une ville», a déclaré le porte-parole du parti en ajoutant: «Bien sûr, nous avons eu des controverses avec lui, elles n'étaient pas secondaires.» La dernière en date remontait aux élections régionales de mars, quand Martine Aubry avait décidé d'investir une liste concurrente à celle de Georges Frêche, excluant dans le même temps tous les socialistes restés sur la liste du président sortant.

Dimanche, avant la disparition de Georges Frêche, le PS en était encore à essayer de recoller les morceaux dans la région. «Il y a un processus qui est en cours et qui vise à la récon

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant