Les socialistes se délectent des divisions de l'opposition

le
2
Le PS, longtemps confronté à la guerre des chefs, fait mine de regarder les déboires de la droite avec un brin de condescendance.

Champagne! Les déboires de l'UMP, et l'élection contestée de Jean-François Copé, font les délices du Parti socialiste, enchanté de pouvoir tirer profit de l'affaiblissement du premier parti d'opposition.

«Je ne vais pas faire le jésuite, j'ai passé une excellente soirée devant ma télévision dimanche, plaisante le député de Paris Christophe Caresche. Non par esprit partisan. Par pur esthétisme!» Même sourire en coin chez le patron des députés PS, Bruno Le Roux: «Je ne vais pas vous dire qu'on va pleurer...! Le mistigri, on a fait en sorte qu'il parte loin. Ce sont eux qui l'ont récupéré. Eh bien, qu'ils le gardent longtemps!»

Le PS, qui a payé un lourd tribut à la guerre des chefs, dont l'apothéose fut le sanglant congrès de Reims en 2008, fait mine de regarder aujourd'hui les déboires de la droite avec un brin de co...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3365316 le mercredi 21 nov 2012 à 17:04

    vont quand même pas pleurer et jouer les faux c,uls ; on les basherait encore

  • janaliz le mercredi 21 nov 2012 à 16:34

    Feraient mieux de s'occuper du triple A, des problèmes dans les banlieues, de la grande démocratie en corse, de leur prpension à raconter n'importe quoi sur n'importe quel sujet...