Les socialistes renouent avec les petites phrases

le
0
VIDÉOS - Depuis le début de l'année, les relations se dégradent au Parti socialiste. Sur le calendrier, le programme, le rassemblement de la gauche? les prises de becs se multiplient. La campagne des primaires, qui va encore durer 9 mois, s'annonce tendue.

C'était en décembre dernier. Il y a une éternité. Tour à tour, Ségolène Royal et Martine Aubry promettaient de garantir l'unité des socialistes. «Ceux qui rêvent d'une division des socialistes en seront pour leurs frais», jurait la présidente de la région Poitou-Charentes, dix jours après avoir annoncé sa candidature aux primaires. «On ne s'engueule plus au Parti socialiste!» renchérissait deux jours plus tard la première secrétaire. «Unis nous sommes, unis nous resterons car les socialistes attendent cela de nous». Un mois et demi plus tard, ces déclarations font figure de v½ux pieux. Car depuis le début de l'année 2011, alors que la longue campagne des primaires s'engage, les entreprises individuelles des uns, et les petites phrases des autres, mettent à mal l'unité des socialistes.

Valls, le provocateur

Manuel Valls a été le premier à lancer les hostilités. Pour se démarquer des autres candidats potentiels à l'investiture socialiste, le déput

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant