Les socialistes espagnols face au vent de panique du "sorpasso"

le
0
L'alliance entre les écolo-communistes de La Gauche unie et Podemos va-t-elle dépasser le PSOE par la gauche ? 
L'alliance entre les écolo-communistes de La Gauche unie et Podemos va-t-elle dépasser le PSOE par la gauche ? 

« Nous faire dépasser par Podemos ? Vous rigolez ? Nous serons le parti le plus voté, et c'est autour de nous que le prochain gouvernement espagnol s'organisera. » En début de semaine, en meeting à Vallecas, un quartier populaire dans le sud-est de Madrid, le chef de file socialiste Pedro Sanchez jouait d'un enthousiasme infini pour contredire ce qui est sur toutes les lèvres, dans tous les commentaires, à longueur de réseaux sociaux : pour la première fois de son histoire de l'ère démocratique, le centenaire Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) risque bien de se faire surclasser à gauche. Le fautif : le parti émergent Podemos, emmené par le politologue à la queue de cheval Pablo Iglesias, une formation issue du mouvement des Indignés surgi dans la capitale espagnole en mai 2011. Avec les conservateurs du Parti populaire (PP), aux manettes du pays depuis quatre ans, il est le grand favori du scrutin de ce dimanche, sorte de deuxième round, après les législatives infructueuses de décembre dernier.

Ascension vertigineuse

Les dernières enquêtes d'opinion convergent, avec quelques nuances divergentes, sur le phénomène. Le Parti socialiste, qui gouverne en alternance le pays avec le Parti populaire depuis la fin de la dictature (à la majorité absolue, ou en alliance confortable avec les nationalistes basques ou catalans), serait devancé par cette formation frondeuse, d'extrême gauche. Une formation qui, depuis son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant