Les socialistes aimeraient en savoir plus sur l'enquête menée sur DSK

le
0
Spectateurs, comme tout le monde. Touchés par l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn, leur ex-favori, les socialistes se tiennent informés comme ils peuvent.

Ils n'ont en réalité pas beaucoup plus d'éléments que n'importe quel autre citoyen sur l'affaire. «On n'a aucune information. Et vous?» interroge Jean-Marc Germain, le directeur de cabinet de Martine Aubry. La plupart des responsables ne quittent pas des yeux leurs écrans, pour ne pas rater les dernières nouvelles. «J'ai entendu la voix de l'accusation. J'attends d'entendre Dominique Strauss-Kahn. J'attends de savoir la vérité des faits», répète Martine Aubry. Lorsqu'elle a appris l'arrestation de DSK, dans la nuit de samedi à dimanche, la première secrétaire, dans un premier temps, n'y a pas cru, raconte-t-elle.

Informations parcellaires  

Dans la journée de dimanche, la première secrétaire a ensuite eu un contact téléphonique avec Anne Sinclair, l'épouse de DSK. Mais c'est plutôt par le biais de Christophe Borgel, l'un des proches de l'ancien ministre, que la direction du PS peut obtenir des éléments d'information sur les suites de l'affaire. Pour la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant