Les smartphones 4G à moins de 100 euros, nouvelle tendance du marché français des mobiles

le
0
Les smartphones 4G à moins de 100 euros, nouvelle tendance du marché français des mobiles
Les smartphones 4G à moins de 100 euros, nouvelle tendance du marché français des mobiles

(AFP) - Loin de l'iPhone 6 qui doit être présenté en grande pompe le 9 septembre, les smartphones compatibles avec le réseau 4G et vendus à moins de 100 euros représentent une future tendance majeure du marché français de la téléphonie mobile, selon plusieurs experts.Et ce sont deux entreprises basées en France qui sont en pointe dans ce secteur tarifaire. Wiko, filiale à 95% du constructeur chinois Tinno installée à Marseille, a ouvert le bal avec le Kite dévoilé en mai dernier, au prix de 99 euros pour un écran de 4 pouces.

Archos vient de lui emboiter le pas lors de cette rentrée avec son modèle 45 Helium, doté d'un écran 4,5 pouces, sur lequel il a effectué une grosse baisse de prix pour passer sous ce seuil fatidique des 100 euros.

Il s'agit d'un enjeu très important pour le concepteur français de matériel électronique grand public qui souffre énormément dans son activité tablettes, où il était pourtant pionnier.

"C'est un coup de pub pour eux mais qui permet de donner un éclairage sur le reste de leur gamme", explique à l'AFP Damien Douani, expert nouvelles technologies à l'agence de conseil FaDa.

L'essor des offres sans engagement, qui constituent désormais quasiment un forfait sur deux selon l'institut Gfk, et le déclin des mobiles subventionnés, liés à l'arrivée de Free, sont en partie à l'origine de ce positionnement.

"Le marché a commencé à s'orienter différemment, touchant des cibles de populations différentes, plus jeunes notamment, qui veulent un téléphone moderne, mais pas les +Rolls+ de Samsung ou d'Apple", souligne Damien Douani.

"Cette tendance à avoir des smartphones bien moins chers est la double conséquence d'une baisse des coûts de production et de la nécessité pour les équipementiers d'élargir le marché", résume Jean-Michel Huet, associé du cabinet de conseil en management et technologies BearingPoint.

Les populations aisées étant désormais bien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant