Les sites internet du ministère de la Santé piratés

le
0
Les sites internet du ministère de la Santé piratés
Les sites internet du ministère de la Santé piratés

«Suite à un acte de malveillance, le site ars.sante.fr et votre site régional sont momentanément indisponibles. Les opérations de maintenance sont en cours afin de rétablir l'accès aux sites dans les meilleurs délais» : tel est le message que les internautes peuvent lire  mercredi soir en essayant de se connecter aux l'agences régionales de santé d'Ile-de-France, Bretagne, Bourgogne, Limousin, Normandie, Nord-Pas de Calais, entre autres.

Plusieurs dizaines de sites internet liés au ministère des Affaires sociales et de la Santé étaient indisponibles mercredi. Sollicité, le ministère n'a pas réagi dans l'immédiat. Toutefois, la direction des systèmes d'information (DSI) du secrétariat général des ministères chargés des Affaires sociales, citée mercredi par «le Quotidien du médecin», a affirmé que le problème devrait être réglé dans les «24 ou 48 heures», précisant qu'«aucune information n'avait été pillée» au cours de l'intrusion informatique, dans la nuit du 1er au 2 janvier 2014, sur le serveur des Agences régionales de santé (ARS). La DSI avait interrompu l'accès aux sites dès la détection de l'intrusion, le 2 janvier.

Pas de revendication

Cette attaque informatique avait été signalée le 2 janvier par zataz.com, site spécialisé dans la sécurité informatique. Selon celui-ci, un jeune Algérien en est à l'origine, visant «plus d'une quarantaine de sous-domaines du ministère». Le pirate entendrait se venger de la France en commémoration du 1er novembre 1954, la «Toussaint Rouge», date de l'insurrection algérienne et du début de la guerre d'Algérie, selon zataz.com.

Cette illustration se trouvait initialement sur la première page des sites des agences régionales, avant d'être remplacée par le logo de l'ARS et la phrase citée au début de l'article.

«Aucune revendication directe» n'a été adressée au ministère, indique «le Quotidien du Médecin». La DSI de son côté a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant