Les sites et applis qui répertorient les invendus alimentaires

le
0
Les offres flash proposées via l'application optimiam par les commerçants vont de -25% à -80%. (Apple)
Les offres flash proposées via l'application optimiam par les commerçants vont de -25% à -80%. (Apple)

(Relaxnews) - Pour dire stop au gaspillage et s'attaquer aux invendus alimentaires, des entrepreneurs dits de la "Food Tech" ont mis en place des solutions innovantes. À ce jour, sur 750.000 tonnes de produits frais invendus dans la grande distribution, seulement 12% sont redistribuées aux banques alimentaires. Des applications et sites Internet fraîchement développés mettent en relation les consommateurs et les commerçants ou les magasins à proximité. Ces nouveaux systèmes gagnant-gagnant permettent d'écouler les stocks pour les professionnels et de consommer malin pour les citoyens. 

Zéro gâchis

Vous avez peut-être repéré près de chez vous ces espaces siglés "zéro gâchis" dans les magasins. Ces zones dédiées aux invendus alimentaires proposent des produits à prix réduit, avec parfois jusqu'à 70% de réduction. A l'origine de cette tête de gondole, trois jeunes entrepreneurs bretons à qui Leclerc, Cora, Auchan, Les Mousquetaires, Super U, Leader Price et Carrefour ont dit oui. En se rendant sur le site internet zero-gachis.com le consommateur accède, sans ouverture de compte, à une liste des réductions dans les magasins partenaires les plus proches. Pour l'instant, le réseau est surtout développé en périphérie des grandes villes. Pour être sûr de bénéficier de l'offre affichée, il faut sans surprise se déplacer rapidement et consommer les produits sans tarder, étant donné leur date de péremption proche.

Optimiam

L'application géolocalisée Optimiam, disponible sur Android et iOS, cible en temps réel les commerces de bouche et les artisans commerçants de proximité comme les boulangeries, pâtisseries, traiteurs et chaînes de restauration rapide. Le principe permet non seulement de bénéficier de prix allégés des invendus, mais aussi de se faire plaisir en achetant des produits frais qu'il est peu courant de glisser dans son panier pour des raisons de budget ou d'imagination. Les offres flash, allant de -25% à -80%, sont régulièrement mises à jour par les professionnels et sont retirables à la boutique avec un code, fourni à la commande via l'application. La start-up, qui compte environ 200 points de vente en France, envisage un lancement aux États-Unis et ambitionne de réunir 2500 commerces et 250.000 utilisateurs d'ici à deux ans.

Pour découvrir le système : https://youtu.be/XEPqg-QC_BM

Too good to go

Cette application toute récente, la dernière née en France dans l'univers de l'anti-gaspillage alimentaire, a fait mouche lors de la semaine européenne du développement durable début juin. Si les Français la découvrent, elle est déjà disponible dans 8 pays d'Europe, dont l'Italie et la Grande-Bretagne. Disponible gratuitement sur iOS et Android, sa vocation est aussi de sauver les restes. Les commerçants, dont des restaurants, fixent le prix de revente et l'heure de collecte puis l'utilisateur prépaye pour un "sac surprise" en ligne. À la fermeture du commerce, on se présente avec son reçu pour récupérer le colis. L'appli joue aussi la carte solidaire : si on le souhaite, on peut acheter une portion de 2 euros qui sera remise à un sans-abri par les équipes de Too good to go.

Pour consulter la vidéo de présentation: https://youtu.be/7lB9rcp3ryc

Une loi anti-gaspillage votée

Le 3 février 2016, l'Assemblée a voté la loi sur le gaspillage alimentaire. Elle prévoit la prévention du gaspillage, à défaut utilisation des invendus pour la consommation humaine, pour l'alimentation animale, puis à des fins de compost pour l'agriculture ou de valorisation énergétique. Il sera interdit aux grandes surfaces de jeter de la nourriture consommable (invendus), de détruire de la nourriture consommable (par javellisation notamment), et elles auront l'obligation de signer un protocole avec une association de solidarité afin de faciliter les dons alimentaires.

Par ailleurs, les produits sous marque de distributeur qui seraient retournés au fournisseur pourront être donnés, alors qu'ils étaient obligatoirement détruits jusqu'à maintenant. La lutte contre le gaspillage alimentaire fera en outre partie de l'éducation à l'alimentation durant le parcours scolaire.

Chaque année en France, la quantité de déchets alimentaires s'élève à 2,3 millions de tonnes dans la distribution (hyper et supermarchés, hard discount, épiceries et commerces de proximité), 1,6 million de tonnes dans la restauration (collective et commerciale). Les ménages pèsent le plus sur les déchets avec 5,2 millions de tonnes par an, soit une trentaine de kilos par personne.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant