Les sites de notation dans le collimateur de la justice

le
0
De nombreux sites ont vu le jour récemment en France.

«Il est très délicat de critiquer des personnes sans risquer la diffamation», estime Christiane Feral-Schuhl, future bâtonnière de Paris.
«Il est très délicat de critiquer des personnes sans risquer la diffamation», estime Christiane Feral-Schuhl, future bâtonnière de Paris.

Autant on juge naturel de lire les commentaires sur un restaurant, ou sur un hôtel, autant les sites de notation sur les professeurs, les policiers, les médecins génèrent des polémiques en France.

Lancé en février 2008, le premier site de notation des professeurs, Note2be, avait fermé le mois suivant. Les syndicats enseignants avaient porté plainte, jugeant les commentaires diffamatoires. La Cnil, qui n'avait pas été consultée, avait protesté contre la divulgation «sauvage» d'informations nominatives. «Les professeurs n'étaient pas informés préalablement et n'avaient pas de droit de regard, ni de réponse. Ce site ne respectait absolument pas les règles de protection des données personnelles», rappelle Yann Padova, le secrétaire général de la Cnil. La cour d'appel finira par confirmer la fermeture de Note2be,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant