Les sites d'info s'en sortent mais ne sauvent pas le papier

le
0
Les sites d'info s'en sortent mais ne sauvent pas le papier
Les sites d'info s'en sortent mais ne sauvent pas le papier

Dur constat pour les patrons de presse réunis aux Assises du journalisme de Metz : tous témoignent que les sites internet d'info s'en sortent assez bien, voire très bien, mais sans pouvoir financer les titres papier, où plus de 300 emplois devraient être détruits cette année."Les sites d'infos s'autofinancent à peu près mais ne suffisent pas à compenser la baisse du revenu du papier", a résumé Eric Mettout, directeur adjoint de la rédaction de L'Express. "A L'Express.fr, qui emploie une centaine de personnes dont 35 journalistes, nous équilibrons les coûts de la rédaction, du développement et du marketing avec les rentrées publicitaires", a-t-il assuré, en reconnaissant que ce calcul n'incluait pas tous les frais fixes. "Mais le site ne suffit pas à financer un titre comme L'Express. Nous sommes revenus sur l'illusion qu'un site adossé à un média pouvait devenir son relais de croissance. Le web et le print ont deux économies différentes". Pour L'Express, outre le site, il y a aussi les hors-séries et les salons (avec L'Etudiant). Nous essayons de trouver un équilibre entre toutes ces sources de financement", a-t-il expliqué."Le site lemonde.fr génère 18 millions d'euros de chiffre d'affaires, contre 180 millions pour le journal papier : le site ne paie pas le salaire des journalistes papier qui écrivent pour lui", a renchéri l'historien des médias Patrick Eveno."Le chiffre d'affaires du groupe L'Express-Roularta était de 709 millions d'euros en 2012, avec 309 millions venant de la publicité dont 25 millions seulement pour la publicité sur le numérique", a-t-il poursuivi. "Et quand La Tribune est passée au numérique, son chiffre d'affaires est tombé à 6 millions d'euros contre 20 millions quand elle était sur papier".Mediapart, exemple rare de rentabilitéEdwy Plenel, dirigeant de Mediapart, a farouchement condamné la gratuité de l'information, au nom de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant