Les sites d'échange sur le Net veulent rassurer leurs usagers

le
0
Selon un récent sondage, l'économie du partage sur la Toile connaît un véritable boom. Mais les internautes demandent davantage de garanties sur la qualité des produits et services proposés, et la sécurité des transactions. Les sites s'adaptent.

Voitures, logements, vêtements, livres, meubles et même crédits entre particuliers... Aujourd'hui tout ou presque s'achète et se vend sur la toile. Selon le baromètre PriceMinister-Rakuten et La Poste sur le «C to C» (échange entre particuliers), 9 internautes français sur 10 estiment que le web est le canal le plus efficace pour vendre entre eux. A condition de savoir à qui on achète... Plus des trois quarts d'entre eux jugent qu'un médiateur est nécessaire pour le bon déroulement des transactions. Toujours selon le baromètre, la «peur de se faire avoir» reste le principal frein au développement de l'économie de partage (76 % des sondés), devant le manque de garanties sur la qualité des produits et services proposés (55 %).

Pour y remédier, les sites surfant sur cette vague multiplient les fonctionnalités pour rassurer leurs utilisateurs. C'est le cas de BlaBlaCar (ex-Covoiturage.fr) qui depuis deux ans travaille sur une meilleure identification des «covoituriers» d'un jour. Le site créé en 2004 par Frédéric Mazzela a ainsi mis en place les profils «Dreams» (pour «déclared, rated, engaged, active, moderated et social») qui assurent une connaissance plus fine de l'utilisateur. Avec la notation, la vérification du compte en banque, le profil détaillé ou encore la concordance avec un compte Facebook ou Twitter, le niveau de confiance auprès des internautes de ces profils a atteint 4,2 - sur une échelle de 5 - contre 2,2 pour un parfait inconnu. Le site propose aussi la réservation et le paiement en ligne, qui a divisé par 10 les désistements de dernière minute.

Recours à un «tiers de confiance»

Du côté de l'américain Airbnb, qui propose de mettre son logement à disposition de voyageurs du monde entier, la question de la confiance est encore plus cruciale, car l'échange concerne un bien coûteux... et intime. «L'essor de l'économie de partage est fondamentalement lié à la possibilité d'être mis en relation avec quelqu'un via un tiers de confiance» détaille ainsi Nicolas Ferrary, le directeur France du site qui revendique 9 millions d'utilisateurs. Une plate-forme dédiée vérifie les identifications, permet de laisser des commentaires et surtout gère le paiement, ce qui permet à l'hôte d'être payé directement par le site. Enfin, tous les logements sont garantis à hauteur de 700.000 euros pour se prémunir - au moins en partie - de voyageurs indélicats.

Enfin chez Prêt d'Union, qui propose aux particuliers de se faire crédit entre eux, un algorithme de solvabilité donne le moyen de noter la fiabilité des emprunteurs et des prêteurs. Ce qui permet d'améliorer la détection d'éventuelles fraudes. Le tiers de confiance est ici assuré par la Banque de France en personne, qui a octroyé un agrément au site et s'assure de l'encadrement du recouvrement des prêts. Ces fonctionnalités ont permis de faire passer le montant moyen prêté de 5000 à 25.000 euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant