Les services secrets pakistanais terrorisent la presse

le
0
L'auteur d'un scoop sur les liens entre al-Qaida et l'armée a bien été assassiné par l'ISI.

Les services secrets pakistanais de l'ISI, contrôlés par l'armée, sont de nouveau dans le collimateur des États-Unis. De quoi envenimer encore, s'il en était besoin, les relations entre Washington et Islamabad, qui poursuivent des intérêts de plus en plus divergents dans «la guerre contre le terrorisme». Déjà soupçonnés d'avoir aidé Oussama Ben Laden à se cacher dans la ville garnison d'Abbottabad, via le groupe djihadiste pakistanais Harakat ul-Mujahideen (HUM), l'ISI est aujourd'hui accusée par l'Intelligence américaine d'avoir commandité, fin mai, le meurtre du journaliste d'investigation Syed Saleem Shahzad.

Selon des responsables américains cités mardi par le New York Times, Shahzad a bien été assassiné pour avoir percé à jour et porté sur la place publique les liens incestueux qu'entretiennent des pans entiers de l'armée avec al-Qaida et certaines factions talibanes. Ce meurtre est «un acte barbare et inacceptable», a confié l'un d'entre eux au quoti

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant